Portrait 2024 : Braves d’Atlanta

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 24 février 2024 à 16h30

Encore une fois cette année, Passion MLB vous propose un portrait par jour des différentes équipes de la MLB, question de se préparer pour la saison 2024.

Au menu aujourd’hui : les Braves d’Atlanta.

Saison 2023

Encore une fois, en 2023, les Braves ont gagné leur division. C’est grâce à une saison de 104 victoires que cela a été rendu possible.

Personne n’a fait mieux en 2023.

En fait, depuis qu’Alex Anthopoulos est débarqué à Atlanta, le club a toujours gagné sa division. Ça fait six ans de suite, donc.

Ce n’est pas par charité chrétienne qu’il a reçu sa lucrative prolongation de contrat…

Offensivement, les Braves étaient une machine. 307 circuits, un OPS collectif de .845, 916 points produits, 1543 coups sûrs : il n’y avait aucun remède contre l’attaque des Braves.

Ronald Acuna Jr. a gagné le MVP, mais Matt Olson (qui a mené la MLB pour les circuits et les points produits), Marcell Ozuna, Austin Riley, Ozzie Albies et Michael Harris II ont aussi été excellents.

La domination n’était pas aussi marquée sur le monticule, mais Bryce Edler et Charlie Morton ont joué un rôle important en saison.

Et que dire de Spencer Strider et ses 281 retraits au bâton?

Le problème? En séries, les Braves ont perdu en quatre matchs (une série 3-de-5) contre les Phillies de Philadelphie. Ils n’ont donc gagné qu’un match lors de la « vraie » saison.

C’est la deuxième année de suite que Philly bat Atlanta 3-1. Les Braves n’ont donc que deux gains en séries depuis leur Série mondiale de 2021.

Ce n’est pas assez.

La saison de rêve du club est donc considérée comme un échec par bien des fans en Géorgie. Comment changer la tendance en 2024?

Ajouts et départs

Parmi les joueurs qui sont partis via les agents libres, on note notamment la présence de Kevin Pillar, de Kirby Yates, de Collin McHugh, d’Eddie Rosario et de Brad Hand.

Ce ne sont pas de gros morceaux… mais c’est rare que des gros morceaux quittent Atlanta : normalement, les joueurs importants reçoivent une prolongation de contrat.

Puis, Alex Anthopoulos a retravaillé son personnel de lanceurs. Il a échangé Michael Soroka et des joueurs de profondeur ainsi que des jeunes aux White Sox contre le releveur Aaron Bummer.

Puis, Nick Anderson et Kyle Wright ont été échangés aux Royals, un club qui a les moyens d’attendre un peu qu’ils soient prêts à contribuer de manière plus importante dans la MLB.

Anthopoulos a par la suite acquis Jarred Kelenic, Evan White et Marco Gonzales contre des lanceurs. Les Braves se sont départis de Gonzales, échangé aux Pirates avec de l’argent, et de White.

White a été échangé avec le lanceur Tyler Thomas aux Angels contre David Fletcher et Max Stassi… et ce dernier a été échangé, avec de l’argent, aux White Sox.

Puis, Matt Carpenter, le lanceur Ray Keer et de l’argent ont été envoyés à Atlanta contre de l’argent. Anthopoulos a laissé partir Carpenter en payant son salaire pour 2024 au passage.

Pourquoi? Parce qu’il voulait le releveur et parce que les Padres ne pouvaient pas le payer.

Ça a donc brassé pas mal dans la gestion d’actifs à Atlanta. Le but? Prendre de vilains contrats pour libérer les gars, mais obtenir de bonnes pièces au passage.

Mais évidemment, ce dont on se souvient, c’est la transaction qui a envoyé Chris Sale à Atlanta et Vaughn Grissom à Boston. Sale a même obtenu une prolongation de contrat au passage.

Parmi les mouvements de personnel plus mineurs, Jordan Luplow, Ken Giles et Luis Guillorme se sont entendus avec le club.

C’est donc dire que le coeur de la formation n’a pas bougé, mais la profondeur s’est drôlement améliorée. Et ce, grâce au brio d’Anthopoulos, qui a eu le OK des proprios pour sortir de l’argent pour y arriver.

Forces et faiblesses

Vraie question : est-ce que ce club-là a des faiblesses?

Max Fried, Spencer Strider, Charlie Morton, Chris Sale et Bryce Edler : la rotation est excellente. Reynaldo Lopez va tenter de devenir un partant et AJ Smith-Shawer apporte de la profondeur.

La relève est aussi excellente. Raisel Iglesias mène un groupe complet et le gérant Brian Snitker, l’un des bons de sa profession, aura des options.

Offensivement et défensivement, aucun problème non plus : c’est comme l’an passé.

Les deux plus gros points d’interrogation à mes yeux : Jarred Kelenic dans la gauche et Orlando Arcia à l’arrêt-court. Qu’est-ce que cela donnera?

On verra en temps et lieu.

Attentes en vue de la saison 2024

Les attentes seront clairement axées sur la Série mondiale. Il y a de bons clubs dans la Nationale et ce ne sera pas facile d’en sortir.

Deux clubs à surveiller : les Phillies, qui ont leur numéro en séries… et les Dodgers, pour des raisons qui sont assez évidentes.

Est-ce que le club ira chercher du renfort sur le monticule en cours de saison? On sait que le club s’est essayé sur Dylan Cease cet hiver. On verra bien.

Notons que Charlie Morton et Max Fried seront agents libres dans un an.

Sinon, on verra si Alex Anthopoulos acceptera de jaser contrat avec Ronald Acuna Jr. Le voltigeur est à cinq ans de l’autonomie (avec les options d’équipe), mais il veut un nouveau contrat.

Mais en gros, les attentes sont élevées à Atlanta. Et avec raison.

Tags:

Braves d'Atlanta, Portrait 2024, Portrait Passion MLB

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois