Vladimir Guerrero Jr. : « Je vais me faire payer, à Toronto ou ailleurs »

Actualité, Blue Jays

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 7 avril 2024 à 19h00

À chaque fois que Vladimir Guerrero Jr. parle de contrat à long terme, il mentionne toujours vouloir que les Blue Jays lui déposent une offre à long terme, mais que cela n’arrive pas.

Plus le temps passe et plus j’ai le sentiment que les chances de le voir devenir joueur autonome sont grandes.

Attention : je ne dis pas forcément qu’il va partir. Ce que je dis, c’est que Vladdy n’a pas connu des saisons 2022 et 2023 pour demander ce qu’il vaut/veut et l’hiver prochain, il sera à un an de l’autonomie.

C’est dur, à un an de l’autonomie, d’y renoncer.

Les chances de voir Bo Bichette et lui tester leur autonomie sont grandes et pour la première fois publiquement, Vladimir Guerrero Jr. a ouvert la porte à la possibilité de signer ailleurs.

En entrevue avec le journaliste John Sang, le joueur des Blue Jays a dit ceci qu’il aimerait que les Blue Jays lui fassent une offre, ce qui n’est pas encore arrivé… mais il a ajouté ceci :

En ce moment, j’ai mon attention au jour le jour.

Je suis calme parce que peu importe la situation, ils devront me payer plus tôt que tard, que ce soit cette équipe-ci [les Blue Jays] ou une autre.

– Vladimir Guerrero Jr.

Évidemment, ce n’est pas un bon signe d’entendre ça, on va se le dire. Après tout, je ne crois pas que ce soit idéal d’entendre la vedette ouvrir la porte à un départ de Toronto.

Mais tant qu’à être sur le sujet…

Comme on le sait, les Blue Jays doivent prendre de grosses décisions dans les prochaines années. La fenêtre d’opportunité du club se refermera possiblement dans les prochaines années et le club a été incapable de la maximiser dernièrement.

Avec une fiche de 4-6, Toronto est la pire équipe de sa division. Les Jays ont maintenu une fiche de 2-2 contre les Rays avant d’avoir une fiche de 1-2 contre les Astros, mais aussi contre les Yankees.

Cinq des six défaites ont été des dégelées et l’autre a été une défaite de 9-8.

L’attaque n’est pas au rendez-vous (c’est de loin le plus gros problème du club) et même sur le monticule, c’est très difficile. Chris Bassitt, Kevin Gausman et Bowden Francis sont des partants qui font mal au club en ce moment.

Évidemment, ça ne fait que 10 matchs, mais la question se pose : si les Jays sont en vilaine position à la date limite des transactions, est-ce que le club fera des transactions?

Et si oui, seront-elles grosses?

La question est surtout intéressante puisque ce qu’il faut se demander, c’est si Mark Shapiro, Ross Atkins et John Schneider vivent sur du temps emprunté en ville. Les patrons auront-ils les coudées franches pour prendre de grosses décisions si ça continue de mal aller?

La question, aussi prématurée soit-elle, se pose.

En ce moment, tout va mal à Toronto. Autant dans les Majeures que dans les mineures, les volées sont au rendez-vous. Il faut tout d’abord faire tourner le vent de bord. Affronter les Mariners et les Rockies, cette semaine à la maison, ça peut aider.

Mais si ça ne change pas, les grosses questions arriveront plus rapidement que prévu.

  • Enfin une victoire pour les Marlins.
  • Un premier départ dans les mineures pour Jordan Montgomery.
  • Matt Chapman est capable de bien frapper.
  • Joey Votto, un homme du peuple.
  • Quel effet auront les rénos du Rogers Centre?
Tags:

Blue Jays de Toronto, Vladimir Guerrero Jr.

Articles similaires

Félix Forget

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Laisser un commentaire