Portrait 2023 : Tigers de Detroit

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 4 mars 2023 à 14h00

Le 30 mars prochain, la saison 2023 de la MLB prendra son envol. On s’embarque donc dans un long marathon afin de voir si les Astros seront détrônés à la fin de la course.

Après les Royals hier, au menu aujourd’hui : les Tigers de Detroit.

En 2022, on s’attendait à voir les Tigers de Detroit passer au prochain niveau. On se disait que le club allait construire sur sa belle fin de saison 2021.

Parce que oui, en 2021, l’effet A.J. Hinch avait été important au Michigan. Le club avait connu une bonne fin de saison et les espoirs étaient grands pour le club.

Mais même malgré la signature du joueur d’arrêt-court Javier Baez, le club n’a pas exactement réussi à recréer la magie de 2021, où le club avait joué pour près de .500.

Cela a ultimement coûté à Al Avila son poste de DG. Scott Harris est arrivé en renfort à la tête des opérations baseball du club.

En 2022, le club a pris un bon pas de recul avec sa fiche de 66-96. Baez n’a pas été à la hauteur et les autres acquisitions du club (Eduardo Rodriguez et Austin Meadows, notamment) non plus.

Bref, aucun ajout de premier plan n’a fait la différence.

Le club misait sur Spencer Torkelson et sur une division plus faible pour remonter, mais la recrue n’a pas tenu le coup à sa première saison en haut.

Et pour la division? Si elle est faible, c’est notamment en raison des Tigers…

Ajouts/départs

D’un seul coup, les Tigers sont redevenus une destination qui n’est pas exactement prisée et le club a recommencé en conséquence.

Gregory Soto, l’excellent lanceur de relève du club, s’en va dans un environnement un brin plus stimulant puisqu’il a été échangé aux Phillies.

Mais il n’est pas le seul à être parti.

Le receveur Tucker Barnhart a pris ses cliques et ses claques afin de signer à Chicago. Le lanceur Andrew Chafin a signé en Arizona. Daniel Norris et Drew Hutchison ont quant à eux pris le chemin de Cincinnati et de Toronto.

Au moins, les lanceurs Matthew Boyd et Michael Lorenzen sont débarqués, mais est-ce assez?

Est-ce que les Matt Vierling, Nick Maton et Donny Sands, obtenus contre Soto, vont pouvoir faire la différence pour tenter de monter au classement? Est-ce que César Hernandez aura de l’impact?

Forces/faiblesses

Sur le monticule, le club a quelques noms intéressants. Tarik Skubal, Matt Manning et Spencer Turnbull peuvent apporter… de l’espoir. Matthew Boyd et Michael Lorenzen apporteront de la stabilité. Eduardo Rodriguez est capable d’être bon.

Mais je vous pose la question : si vous êtes un frappeur adverse qui va disputer une série de quatre matchs à Detroit, avez-vous peur?

Poser la question, c’est y répondre.

Et la relève? L’an passé, l’enclos a affiché une moyenne de 5.43, se classant au 21e rang de toute la ligue. Et il y avait un gars comme Gregory Soto dans le lot.

L’autre problème? Les blessures.

À tous les noms prometteurs, on doit y ajouter celui de Casey Mize, mais les blessures sont en train de ralentir son développement.

Miguel Cabrera et Javier Baez, s’ils sont en mesure de jouer à la hauteur de leur talent, se sentiront bien seuls sur le terrain. Ce ne sont pas les Ryan Kreidler, Jonathan Scoop, Eric Haase ou Kerry Carpenter qui vont tout casser, après tout.

À moins qu’Akil Baddoo ne redevienne un brin inspirant?

Le meilleur espoir des Tigers, c’est que les jeunes prennent les devants et aident à tirer l’équipe. Riley Greene et Spencer Torkelson me viennent en tête.

Mais seront-ils assez bien entourés?

À quoi s’attendre en 2023?

Comme vous pouvez le constater, l’équipe ne sera pas exactement dominante en 2023. Il est difficile d’entrevoir un gros pas vers l’avant.

Il faudra suivre Miguel Cabrera, qui en sera à sa dernière année dans la MLB.

Dans une division qui comprend les Guardians, les White Sox et les Twins, il est difficile de prévoir mieux qu’une quatrième place aux Tigers.

Je suis cependant prêt à les placer devant les Royals.

Tags:

Portrait 2023, Tigers de Detroit

Articles similaires

Pascal Harvey

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard