Javier Baez est en train de voler 140 millions de dollars aux Tigers

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 17 avril 2024 à 10h30

Il semble bien que Shohei Ohtani ne soit pas le seul à s’être fait voler de l’argent dernièrement. En effet, les Tigers de Détroit se font présentement siphonner pas moins de 140 millions de dollars.

Le coupable? Javier Baez.

En décembre 2021, les représentants du Michigan et Baez ont signé une entente ridicule de six ans pour la somme susmentionnée. À ce moment, il s’agissait d’un pacte qui n’était surpassé dans son absurdité que par celui que les Angels de Los Angeles ont accordée à Anthony Rendon.

Le contrat comportait également une option de sortie après deux ans, ainsi que d’une clause de non-échange à dix formations de la MLB. Cependant, après avoir frappé pour une moyenne au bâton de ,222 avec neuf maigres circuits et 59 points produits en 2023, Baez a décliné l’option, sans aucune surprise. Il n’avait pas avantage à se sortir du contrat.

Le joueur d’arrêt-court puisera donc dans les coffres des Tigers jusqu’en 2027. Il pourra alors continuer de s’asseoir sur ses lauriers et encaisser son salaire annuel, qui sera de 25 millions de dollars en 2024 et 2025 et de 24 millions de dollars en 2026 et 2027.

Et les partisans du Détroit commencent déjà à lui faire entendre leur mécontentement. Les prochaines années seront donc lourdes au Comerica Park.

Bien qu’il comprenne la réaction des fans, le principal intéressé ne croit pas que cela l’aide dans la situation actuelle.

Je sais que c’est frustrant pour les partisans, mais je pense que cela n’aide pas vraiment l’équipe et l’organisation.

Il est vrai que les huées ne sont pas toujours la solution, mais le temps commence à donner raison à ceux qui paient une fortune pour encourager leur équipe.

Vous serez d’accord avec moi que le but du baseball est de marquer plus de points que l’autre équipe. Et jusqu’à présent en 2024, Baez est crédité d’un époustouflant -12,5 wRC+.  Dans ce chapitre, un classement de 60 ou moins est considéré comme horrible. Imaginez avoir un wRC+ négatif. Ça ne s’invente juste pas.

Seul Baez peut renverser la vapeur. Mais peut-il le faire? On en doute.

Tags:

Javier Baez, Tigers de Detroit

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Laisser un commentaire