Les Giants doivent arrêter de niaiser : Blake Snell doit être signé

Actualité, Rumeurs

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 29 février 2024 à 12h30

Matt Chapman, J.D. Martinez, Jordan Montgomery et Blake Snell ne sont pas encore signés. Vous connaissez la chanson dans le cas des clients de Scott Boras.

Le cas de Snell est fascinant. Après tout, on sait qu’il est gourmand depuis le début de l’hiver et que cela fait peur aux équipes.

Malgré ses deux trophées Cy Young, son manque de contrôle effraie certains clubs. Il n’a donc pas le prix qu’il veut présentement.

Mais plus le temps passe, plus il est difficile pour les équipes de lui offrir un gros contrat. Mais ça tombe bien : Snell est prêt à signer à plus court terme.

Contrairement à Jordan Montgomery, l’ancien des Padres ne dirait pas non à un contrat comme celui de Cody Bellinger à Chicago : plus court, mais avec un fort montant par année et des options de sortie.

Ainsi, il pourrait retester le marché plus tard.

Cependant, cela ne veut pas dire que ça ferait l’affaire de tout le monde. Les Yankees, par exemple, ont comblé leurs besoins autrement et ils ont dépassé le dernier seuil de la taxe de luxe.

Le signer à 30 M$ par année (un montant aléatoire) forcerait le club à payer 33 M$ en taxe de luxe (110 % de pénalité) de plus, ce qui monte la facture à 63 M$ pour l’année. Ce n’est pas réaliste, donc.

Je ne sais pas combien de clubs sont dans la course, mais le nom des Giants et des Angels revient souvent. Il y a sûrement plus de clubs dans le derby, surtout si c’est à court terme.

Et c’est pour ça que je crois que les Giants n’ont pas le droit de rater leur chance.

Snell vient de l’Ouest américain. Il connaît très bien le nouveau gérant du club, Bob Melvin, avec qui il a travaillé pendant deux ans à San Diego. Il connaît la division.

Entre les Angels et les Giants, il n’y a pas de débat… mais l’argent doit être au rendez-vous. Et comme les Angels ne signent jamais de lanceurs, les Giants pourraient avoir une ouverture.

On n’arrête pas de dire que personne ne veut prendre l’argent des Giants, mais voilà qu’une belle occasion se présente à eux.

À condition qu’une bonne offre soit sur la table, bien évidemment.

Les Giants n’ont pas beaucoup d’avantages sur les Dodgers, mais ils pourraient s’aider un peu en signant Blake Snell comme #2 derrière Logan Webb. Ce serait dominant.

Et ce serait parfait pour rivaliser avec la seule faiblesse des Dodgers en 2024 : la rotation.

Yoshinobu Yamamoto est excellent, mais il pourrait manquer de gaz en fin de saison. Tyler Glasnow va se blesser. Même chose pour James Paxton.

Clayton Kershaw, Dustin May, Tony Gonsolin et Walker Buehler sont blessés.

Les Dodgers ont de bons jeunes, mais il y a tellement d’incertitude dans la rotation que c’est là que San Francisco peut capitaliser.

Je ne suis pas en train de dire que les Giants, qui ont eu de la misère à trouver des partants en 2023, auraient une meilleure rotation que les Dodgers.

Mais ce que je dis, c’est qu’avec Snell, les rotations pourraient rivaliser en début de saison et les Giants doivent jouer selon les forces et faiblesses de leurs adversaires.

Et contre Los Angeles, aller chercher un Cy Young pour rivaliser avec l’attaque des Dodgers et leur rotation amochée est la chose à faire pour San Francisco. Sans aucun doute.

Mais si les Giants ne mettent pas la bonne offre (court ou long terme) sur la table, ils ne pourront que pleurer en se disant que personne ne veut signer en ville.

Matt Chapman serait aussi un bon ajout, mais je pense que Snell en est un plus important dans les circonstances actuelles. Surtout que les blessures frappent le club sur le monticule…

  • Alek Manoah lancera dimanche.
  • Ricky Tiedemann recommence à lancer des balles.
  • L’alignement du jour.
Tags:

Blake Snell, Giants de San Francisco, Yankees de New York

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard