Francisco Lindor n’aurait pas renvoyé Jackson Holliday dans le AAA

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 27 avril 2024 à 19h00

Jackson Holliday a vraiment eu de la misère à s’adapter au baseball majeur, même s’il frappait dans le bas de l’alignement. Il n’a eu que deux coups sûrs en 10 matchs et les Orioles avaient une décision à prendre : le garder en haut ou l’envoyer en bas.

D’un côté, le jeune n’était absolument pas capable de jouer et le garder en haut ne l’aidait pas.

De l’autre? Il a tout prouvé ce qu’il avait à prouver dans les mineures et il ne peut pas s’adapter au baseball des Majeures sans avoir sa chance d’affronter des lanceurs dans le show.

Les Orioles ont finalement choisi de l’envoyer dans le AAA, hier.

Francisco Lindor, l’arrêt-court des Mets de New York, a son avis sur la question. Après tout, quand il était à Cleveland, il a été rappelé en tant que gros espoir… et il a eu de la misère à s’adapter.

Mais son gérant Terry Francona (qui pourrait d’ailleurs revenir dans la MLB éventuellement) lui a fait confiance et l’a gardé en haut. Lindor aurait aimé voir les Orioles faire de même.

Lindor raconte que son gérant lui a dit que même s’il avait de la misère, il allait rester en haut et frapper au deuxième rang de l’ordre des frappeurs chaque jour pour la suite des choses.

Cela a donné confiance à un Lindor qui en arrachait et il s’est mis à frapper.

La différence entre les deux situations? Même si Lindor ne jouait pas pour un aussi bon club que les Orioles de 2024, il frappait quand même mieux que Holliday. Le Portoricain avait une moyenne au-dessus de .200 après une vingtaine de matchs, ce qui n’est pas le cas de Holliday (.059) en ce moment.

Lindor le dit lui-même : il n’est pas un DG ou un gérant et il dit ça d’un point de vue extérieur. Mais en même temps, son expérience lui donne une perspective intéressante dans le dossier.

Tags:

Francisco Lindor, Jackson Holliday, Orioles de Baltimore, Terry Francona

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Laisser un commentaire