Ken Griffey Jr. à la défense de Mike Trout

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 7 mai 2024 à 12h30

Comme ce fut le cas trop souvent durant sa carrière, la saison de 2024 de Mike Trout avec les Angels de Los Angeles est tombée à l’eau en raison d’une blessure au ménisque de son genou gauche.

Et une carrière qui déraille en raison des blessures nous fait tout de suite penser à Ken Griffey Jr. D’ailleurs, ce dernier s’est prononcé sur la situation de la Truite, se portant à la défense du voltigeur étoile.

Vous savez quoi, je suis fier de ce qu’il a fait. C’est un bon joueur de baseball. Un bon ami. Juste une très bonne personne. Les blessures ne changent pas qui il est.

La frustration était palpable dans les propos de Junior quant aux allégations du manque d’engagement de Trout et aux comparaisons entre les deux protaginistes.

Ce n’est pas différent avec Mike. Il se blesse parce qu’il donne tout sur le terrain et qu’il joue de la bonne façon. Laissons les gars jouer, faire leur carrière, puis comparez-les à la fin. Mais le faire à un si jeune âge est tellement injuste.  Être comparé n’est pas un compliment lorsque vous essayez encore de découvrir qui vous êtes en tant que joueur.

On peut sentir l’empathie de Griffey, lui qui peut comprendre que parfois le corps ne coopère tout simplement pas avec les rêves qu’un joueur peut avoir.

Les blessures ont été un point tournant dans la carrière de Junior, les opérations chirurgicales incessantes et la rééducation par la suite ralentissant considérablement la progression du membre du Temple de la renommée du baseball.

C’est exactement le même son de cloche pour Trout. Même si le titre de meilleur joueur de tous les temps semble maintenant hors de portée, une carrière qui l’amènera au Panthéon du baseball est toujours possible.

Maintenant, il faut se demander s’il pourra demeurer au champ centre et combien de saisons pourra-t-il encore offrir aux partisans.

Tags:

Angels de Los Angeles, Ken Griffey Jr., Mike Trout

Articles similaires

Pierre-Olivier Poulin

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Laisser un commentaire