Portrait 2024 : Yankees de New York

Actualité

Félix Forget

Publié le 23 février 2024 à 12h30

Encore une fois cette année, Passion MLB vous propose un portrait par jour des différentes équipes de la MLB, question de se préparer pour la saison 2024.

Au menu aujourd’hui : les Yankees de New York.

Saison 2023

La saison 2023 des Yankees a été, pour le dire poliment, assez difficile. Sur papier, la fiche de 82-80 du club n’est pas catastrophique, mais on sait que dans le Bronx, les attentes ne sont pas d’avoisiner une fiche de .500.

À chaque saison, c’est la Série mondiale ou rien… et difficile de gagner la Série mondiale quand le club ne fait même pas les séries.

Pourtant, au mois de mai, les Yankees avaient l’air d’une vraie machine de baseball. Cela dit, au début du mois de juin, Aaron Judge, le nouveau capitaine qui avait signé un contrat de neuf ans l’hiver précédent, a fait connaissance avec la clôture du Dodger Stadium.

Il y a été d’un attrapé spectaculaire, mais il s’est surtout fracturé le pied. Son absence de deux mois a fait très mal aux Yankees, qui ont dégringolé dans la course aux séries sans leur capitaine.

En plus de Judge, la quasi-totalité du club a fait un tour sur la liste des blessés, ce qui n’a pas aidé dans cette saison complètement perdue dans le Bronx.

La bonne nouvelle, c’est que malgré tout, il y a eu quelques points positifs. Gerrit Cole a remporté son premier Cy Young en carrière après une saison exceptionnelle et l’émergence de quelques jeunes, dont Anthony Volpe et Jasson Dominguez, a laissé croire que la relève arrive à New York.

Mais comme cette saison-là était vraiment maudite dans le Bronx, Dominguez a dû subir une opération Tommy John une dizaine de jours après son arrivée dans les Majeures.

Est-ce que les Yankees vont pouvoir rebondir après une année 2023 difficile? Est-ce que les démons de l’an dernier vont continuer de hanter le club en 2024?

Regardons tout ça, voulez-vous?

Ajouts et départs

Sur le marché de l’autonomie, les Yankees n’ont pas perdu beaucoup de talent. Isiah Kiner-Falefa (Blue Jays) et Luis Severino (Mets) sont parmi les gros noms qui ont quitté le Bronx, tout comme le releveur Wandy Peralta (Padres), un favori de la foule.

Dans l’ensemble, par contre, c’est surtout de la profondeur qui a quitté le club : les Yankees n’ont pas perdu des morceaux importants de leur casse-tête.

Et même si le club n’a peut-être pas été aussi agressif qu’on aurait pu le penser sur le marché, Marcus Stroman demeure une belle prise pour solidifier le bas de la rotation.

Yoshinobu Yamamoto était une grosse cible du club… mais ce dernier a opté pour les Dodgers. Les Yankees, qui étaient convaincus que c’était dans la poche, ont dû se retourner.

Par contre, sur le marché des transactions, les Yankees ont été beaucoup plus actifs. L’hiver a commencé avec une transaction surprenante pour les services d’Alex Verdugo, précédemment un membre des Red Sox.

Le club a également été chercher deux releveurs du côté des Dodgers, Caleb Ferguson et Victor Gonzalez… mais le gros mouvement de personnel des Yankees cet hiver, ça a été la transaction qui a amené Juan Soto à New York.

Ça a coûté cher (Michael King, Kyle Higashioka et trois espoirs sur la butte), et Soto n’est qu’un joueur de location, mais les Yankees ont mis la main sur l’un des meilleurs joueurs de la ligue, qui risque de former tout un duo avec Aaron Judge.

Notons que Trent Grisham, qui agira comme remplaçant défensif au champ extérieur, a également pris la route du Bronx dans la transaction.

Le plan YamaSoto n’a pas été accompli jusqu’au bout… mais même 50 % de ce plan-là, ça se prend bien.

Forces et faiblesses

Sur papier, les Yankees ont une équipe assez particulière. À tous les niveaux, il y a de gros noms et du talent, mais tout ça vient avec une tonne de questions.

Pour ce qui est de l’alignement de frappeurs, difficile de faire mieux que le monstre à deux têtes formé par Aaron Judge et Juan Soto. Les deux voltigeurs risquent de terroriser les lanceurs adverses tant et aussi longtemps qu’ils seront en uniforme ensemble.

Les deux gars peuvent frapper la longue balle et soutirer des buts sur balles. Les lanceurs devront choisir leur poison, au final.

Par après, ça se complique. Anthony Rizzo, Gleyber Torres, Giancarlo Stanton, Alex Verdugo et DJ LeMahieu sont tous des frappeurs talentueux, mais que ce soit en raison d’ennuis de santé, de l’âge des gars qui grimpe un brin ou de facteurs externes, il y a des points d’interrogation entourant le noyau de soutien.

Anthony Volpe fait aussi partie de ce groupe, d’ailleurs, lui qui essaiera de bâtir sur sa saison recrue pour devenir un gros morceau de l’alignement.

Il faudra voir si Jasson Dominguez sera en mesure de revenir à l’été, et surtout, s’il sera en mesure de contribuer sur une base régulière. Aussi prometteur soit-il, les Yankees ne peuvent pas s’appuyer sur la production d’un jeune de 21 ans fraîchement revenu d’une opération Tommy John avec huit matchs dans la MLB derrière la cravate.

Au niveau de la défensive, les éléments sont là, mais la disposition semble un peu plus difficile. Avec Judge, Soto et Verdugo, le club mise sur trois voltigeurs de coin parmi son alignement de frappeurs, si bien que le #99 sera forcé de jouer au centre.

Il est capable de le faire… mais ça ne l’aidera pas à demeurer en santé pour 162 matchs.

Au champ intérieur, Rizzo est un bon joueur de premier but, et Volpe a remporté un Gant doré (qui n’a pas fait l’unanimité à l’arrêt-court). Torres fait le travail au deuxième coussin, mais au troisième, difficile de savoir si LeMahieu a le bras pour y exceller.

Et derrière le marbre, Jose Trevino est un maître défensif. On verra si le jeune Austin Wells saura se tirer d’affaire, lui qui se battra pour un poste au camp d’entraînement.

Chez les lanceurs, le club mise sur le meilleur artilleur du sport comme as lanceur : Gerrit Cole. Par contre, un peu comme pour l’alignement de frappeurs, ça se complique par après.

Marcus Stroman, Nestor Cortes Jr. et Carlos Rodon forment un bon contingent de lanceurs partants, mais en ce moment, il y a des doutes qui entourent chacun des trois gars. Rodon, qui a le gros contrat, doit notamment se lever.

La relève, elle, pourrait s’ennuyer de Michael King, qui était cependant dans la rotation de partants à la fin de la dernière saison, et de Wandy Peralta. Cela dit, Clay Holmes est un solide spécialiste de la neuvième manche, et les Yankees ont une panoplie de bons bras pour l’épauler.

Et de toute façon, dans les dernières années, la relève des Yankees n’a jamais été un problème : le club trouve toujours un moyen de sortir de bons bras de nulle part.

Attentes en vue de la saison 2024

Comme à chaque année, l’objectif est le même dans le Bronx : le club doit gagner la Série mondiale, sans quoi la saison sera un échec.

C’est l’objectif d’Aaron Boone, en tout cas.

Cela dit, malgré l’arrivée de Juan Soto, les Yankees devront prouver que le groupe de soutien derrière les trois vedettes du club (Judge, Soto et Cole) est assez solide pour épauler un trio qui n’a rien à envier à aucun club.

Ça passe par une approche au bâton plus complète (et, possiblement, plus conservatrice), mais surtout, ça passe par une diminution des blessures, qui minent le club à chaque année. Quand même Gerrit Cole reconnaît que c’est un problème, c’est grave.

On se souviendra également que plus tôt cet hiver, Brian Cashman avait carrément dit qu’il faut s’attendre à ce que Giancarlo Stanton se blesse au courant de la saison, ce qui n’avait pas exactement fait le bonheur de l’agent de Stanton.

Les ennuis de santé sont un problème dans le Bronx, et ça doit se régler.

Si le club parvient à demeurer en santé et qu’il trouve le moyen de soutirer de bonnes performances de son groupe de soutien, les Yankees ont les moyens de leurs ambitions pour gagner en 2024.

Ajouter un autre gros nom ne serait peut-être pas de trop… mais le talent est là sur papier. Désormais, c’est aux joueurs de faire leur part et de laisser parler leur jeu sur le terrain.

Tags:

Portrait 2024, Portrait Passion MLB, Yankees de New York

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois