Portrait 2024 : Blue Jays de Toronto

Actualité, Blue Jays

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 19 février 2024 à 12h00

Encore une fois cette année, Passion MLB vous propose un portrait par jour des différentes équipes de la MLB, question de se préparer pour la saison 2024.

Au menu aujourd’hui : les Blue Jays de Toronto.

Saison 2023

En 2023, les Blue Jays ont maintenu une fiche de 89 victoires. Le club a fini au troisième rang de sa division derrière les Orioles et les Rays et a réussi à se qualifier en séries.

Les Yankees et les Red Sox n’ont pas fait les séries, eux.

Tout au long de la saison, les hommes de John Schneider ont eu de la difficulté à trouver leur erre d’aller offensivement. Ce sont les lanceurs du groupe qui ont mené les Blue Jays en séries.

C’était clairement un changement par rapport aux autres années, où l’identité des Blue Jays était beaucoup plus offensive que défensive.

Dans les faits, à part la situation Alek Manoah, qui a connu une saison horrible, disons que les lanceurs torontois n’ont pas vraiment causé de maux de tête au club.

Mais à l’attaque? Cela a été une histoire différente.

Daulton Varsho, qui avait été acquis contre Lourdes Gurriel Jr. et Gabriel Moreno, n’a pas livré la marchandise. C’est la même chose pour Alejandro Kirk, Vladimir Guerrero Jr. et George Springer.

Une fois rendu en séries, le club n’a pas frappé, mais on se souvient surtout de la décision de John Schneider d’enlever un Jose Berrios en plein contrôle lors du match #2.

Cela a fait jaser, évidemment. Et en 2024, les Blue Jays tenteront d’essuyer ce revers-là en gagnant finalement des matchs des séries.

Y arriveront-ils? Est-ce que les changements dans l’effectif seront suffisants?

Ajouts et départs

À Toronto, on compte huit joueurs des Majeures qui ont testé le marché de l’autonomie. Personne de renom n’est parti par transaction.

Chez les lanceurs, Adam Cimber, Jay Jackson, Jordan Hicks et Hyun-Jin Ryu ont tous profité de leur autonomie au cours de l’hiver.

Les deux premiers sont des releveurs de profondeur et seront remplacés. Les deux autres, par exemple, avaient un rôle un peu plus important.

Chez les frappeurs, Brandon Belt, Whit Merrifield, Matt Chapman et Kevin Kiermaier ont testé leur autonomie. Du lot, Kiermaier est revenu… notamment en raison du manque d’intérêt à son endroit.

L’hiver des Blue Jays a été assez calme. Le club a annoncé le retour de Kevin Kiermaier et l’arrivée d’Isiah Kiner-Falefa au mois de décembre, mais ce n’était pas ce que les fans voulaient. Ça prenait plus. #ShoheiOhtani

La signature de Justin Turner pour agir comme frappeur de choix a certainement aidé un peu, mais pour dynamiser l’attaque des Jays, cela va en prendre plus.

Sinon, les Blue Jays ont ajouté le lanceur Yariel Rodriguez. On parle d’un Cubain qui n’a jamais joué dans les Majeures et qui a obtenu un contrat de cinq ans.

Il pourrait être utilisé comme partant un jour, mais l’utiliser en relève pour commencer la saison 2024 est assez logique.

Eduardo Escobar et Daniel Vogelbach ont aussi signé un contrat des mineures avec la formation.

Notons qu’on peut aussi mentionner, parmi les ajouts, le retour de DeMarlo Hale. Il sera un « gérant associé » et il aidera le club au niveau de la défensive.

Don Mattingly, qui est là depuis un an à titre d’entraîneur de banc, s’est fait ajouter le titre de coordonnateur offensif.

Mattingly et Hale travailleront donc ensemble des deux côtés de la balle.

Forces et faiblesses

La rotation du club est une force du club. Le top-4, composé de Kevin Gausman, Jose Berrios, Chris Bassitt et Yusei Kikuchi, a clairement dominé l’an passé.

Est-ce qu’Alek Manoah peut redevenir le lanceur qu’il était avant le cadran des lanceurs? Qui sait.

Les Jays avaient aussi une excellente relève. Le seul régulier qui a quitté, c’est Jordan Hicks, qui n’était pas là en début de saison. Sinon, les autres sont de retour.

Si Jordan Romano lance comme il en est capable, l’enclos sera entre bonnes mains.

Défensivement, le champ extérieur sera très bon quand les partants seront là. C’est la même chose que l’an dernier, quand trois voltigeurs qui peuvent jouer au centre seront là.

Derrière le marbre, ce sera bien aussi défensivement.

Mais dans l’avant-champ? Le départ de Matt Chapman va affecter la défensive de l’avant-champ puisque Vladdy n’a pas dominé avec son gant en 2023… tout comme Bo Bichette, qui est meilleur au bâton.

Les joueurs de banc du club peuvent bien jouer défensivement, mais ce sera quand même difficile dans l’avant-champ cette année. Les gars vont s’ennuyer de leur troisième but.

Offensivement, le club a ajouté Justin Turner pour remplacer Brandon Belt, mais plusieurs autres n’ont pas été remplacés. Le club mise grandement sur le retour en force des gars en place.

Si ça fonctionne, tant mieux. Mais sinon, cela va mettre de la pression sur la profondeur du club, qui n’est pas exceptionnelle, disons.

Attentes en vue de la saison 2024

Le camp d’entraînement sera important pour les Blue Jays. Après tout, il y aura quelques questions qui devront être répondues.

J’en ai fait un papier dans les derniers jours, justement.

L’objectif, dans un monde idéal, sera plus que de faire les séries : ce sera de gagner la division pour éviter les matchs wild card.

Mais est-ce que c’est possible avec cet alignement-là?

Les attentes sont élevées à Toronto. Vladdy et Bichette sont à deux ans de l’autonomie et le club doit profiter de la fenêtre d’opportunité de ses bons joueurs.

À suivre dans les prochains mois.

Tags:

Blue Jays de Toronto, Portrait 2024, Portrait Passion MLB

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard

Pascal Harvey