La recette des Dodgers pour ressusciter des carrières

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 24 janvier 2024 à 20h30

Qu’ont en commun Tyler Anderson, Ryan Brasier, Andrew Heaney, Evan Phillips et Alex Wood? Je vous laisse encore un petit moment.

Ils ont tous vu leur carrière ressusciter lors de leur passage chez les Dodgers de Los Angeles après qu’ils aient connu leur part d’ennuis avant d’arriver sous le chaud soleil de la Californie.

Même si les Dodgers n’ont pas toujours eu la main heureuse, comme ce fut le cas pour Noah Syndergaard, qui a signé un contrat d’un an avec Los Angeles, mais a lancé moins bien que jamais et a été échangé aux Guardians de Cleveland avant la date limite des échanges, il faut admettre que la formation californienne a une bonne moyenne au bâton.

Le secret?

Laissons le président des opérations baseball de l’organisation, Andrew Friedman, nous l’expliquer.

Il s’agit de mettre les gars dans la meilleure position pour réussir. Lorsque nous cherchons à acquérir un lanceur par le biais du marché des joueurs autonomes ou d’une transaction, nos dépisteurs, nos analystes et nos entraîneurs des lanceurs travaillent très bien ensemble pour identifier les leviers que nous voulons actionner pour augmenter les chances de succès. Je pense que la recette secrète pour nous, c’est la façon dont nos groupes travaillent ensemble.

Il s’agit donc d’un travail d’équipe où la collaboration est la clé.

La collaboration est importante entre notre groupe de lanceurs très talentueux et notre personnel d’entraînement ainsi que les personnes qui jouent un rôle dans l’identification du talent. Je pense que la communication et la collaboration sont en grande partie la raison de notre succès.

Cette recette s’ajoute donc aux moyens financiers sans limites, comme on a pu l’apercevoir durant la présente saison morte, qui font des Dodgers les hommes à abattre en 2024.

Tags:

Andrew Friedman, Dodgers de Los Angeles

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Pascal Harvey