Déconfiture des Padres : Bob Melvin ne peut pas revenir en 2024

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 16 septembre 2023 à 17h26

Quand un club se met à mal jouer malgré de grosses attentes, on se demande toujours ce qu’il adviendra du gérant. Est-ce qu’il restera en poste? Est-ce qu’il perdra son emploi?

Et la vérité, c’est que c’est du cas par cas.

Chez les Mets, par exemple, on ne sait pas ce que Buck Showalter fera puisque David Stearns n’est même pas encore officiellement débarqué en ville.

Chez les Cardinals, Oliver Marmol sera de retour. Et comme mon collègue Pascal Harvey l’a dit, c’est une bonne chose puisque la déconfiture du club dépasse le gérant.

Chez les Yankees, on verra ce que les proprios décideront, mais même si Aaron Boone devrait perdre son poste, il va sans doute le garder.

Mais chez les Padres, c’est différent.

C’est dommage de dire ça puisque Bob Melvin est l’un des excellents gérants du baseball majeur et je l’adore, mais les Padres de San Diego ont vraiment besoin d’un changement.

Il est conscient du fait que son poste est en danger. Il sait aussi que son entraîneur de banc pourrait lui prendre sa job en 2024.

La différence entre Melvin et les autres? La façon dont les Padres se sont effondrés en raison du manque de leadership au sein de l’équipe.

Je sais qu’il est plus que risqué de mettre le leadership d’un club entre les mains de Manny Machado sur le terrain, mais c’est justement pour ça que Bob Melvin devait en assumer plus. Et il le sait.

Je me sens responsable de ce qui est arrivé. C’est ma saison la plus difficile comme gérant.

– Bob Melvin

Parce que de ce qui est sorti récemment, on comprend très bien que la saison des Padres a été une catastrophe plus grande que ce qu’on croyait.

Pourquoi? Parce que les gars ne jouaient pas en équipe.

De voir que Manny Machado affirme que les Padres « ne voulaient pas gagner autant que les autres » est inquiétant. Cela confirme ce que Juan Soto disait récemment : le club abandonne, parfois.

C’est grave, ça. Après tout, le club devait être plus haut qu’au classement (les Padres sont à 6.5 matchs des séries) et le gérant doit être imputable de cet échec de la part d’un alignement à gros budget.

Son rôle était d’amener de la crédibilité en ville et le fait que des joueurs aient abandonné et se cherchent des excuses est un échec.

Cette saison, il n’y avait pas d’esprit de corps en ville. L’an prochain, ça va en prendre pour que les joueurs puissent grandir ensemble.

Est-ce que ce sera sans Melvin? Je pense que c’est nécessaire, à ce point-ci. Et ce, même si le sortir d’Oakland il y a deux ans était un grand coup.

Mais la vraie question, je pense, c’est de savoir si ça se fera sans Juan Soto. Et ça, c’est vraiment un dossier qui est complètement différent.

Tags:

Bob Melvin, Juan Soto, Manny Machado, Padres de San Diego

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois