Cody Bellinger est de retour avec les Cubs

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 25 février 2024 à 8h30

Attention tout le monde : un agent libre d’importance a signé dans le baseball majeur. Et on parle d’un client de Scott Boras.

Je me sens comme Michael Scott en ce moment. Ceux qui ont écouté The Office auront la référence.

via GIPHY

Cody Bellinger, un des meilleurs frappeurs du marché des agents libres cette année, sera finalement de retour avec les Cubs de Chicago.

Il a signé un contrat de trois ans évalué à 80 M$.

Mais est-ce ce que cela veut assurément dire que le polyvalent voltigeur et joueur de premier but passera les trois prochaines campagnes à Chicago? Pas forcément.

Dans les faits, Scott Boras s’est arrangé pour négocier une option de sortie après la première année ET après la deuxième année de l’entente.

Il gagnera 30 M$ en 2024 et s’il reste, il gagnera aussi 30 M$ en 2025. S’il n’utilise pas sa dernière option de sortie, soit celle en vue de la saison 2026, il gagnera 20 M$.

Traduction? S’il a une bonne saison 2024, il va utiliser son option de sortie pour retenter de faire sauter la banque dans un an, ce qui n’a pas été réussi cette année.

Dans les faits, Boras n’a pas réussi à faire signer à Bellinger le contrat qu’il méritait/voulait au cours de la saison morte. Il prend donc le pari que dans un an, ce sera mieux pour le voltigeur.

Les Cubs gagnent dans le sens où Bellinger est de retour avec eux. C’est ce que tout le monde désirait dans l’entourage du club.

Mais Bellinger pourra revenir sur le marché dans un an. Rappelons que l’an passé, Bellinger avait signé un contrat d’un an avec une année d’option (rejetée) chez les Cubs.

Boras insistait pour un tel contrat, question qu’il reconstruise sa valeur après des années difficiles sous les couleurs des Dodgers, qui l’avaient coupé à un an de l’autonomie projetée.

Mais là, Boras n’a pas réussi son mandat. Bellinger a rempli sa partie de l’entente en jouant bien, mais l’agent n’a pas fait la sienne.

Si Bellinger a une bonne saison, dans un an, il sera sans doute agent libre pour un troisième hiver de suite. Touchera-t-il le gros lot, finalement?

Les Cubs laisseront donc le temps à leurs jeunes espoirs de pousser, pendant que Bellinger est là et obtient du gros temps de jeu.

Le contrat de Bellinger n’est pas sans rappeler celui de Carlos Correa il y a deux ans. Il n’arrivait pas à signer à sa juste valeur et il a donc pris un contrat de trois ans, 105.3 M$ chez les Twins.

Il avait des options de sortie, a pris la première… et il a connu un hiver de fou avant de revenir chez les Twins. #Giants #Mets

Est-ce que Boras se dit que des fois, il n’aura pas ce qu’il veut du premier coup et se dit que des situations à la Bellinger et Correa sont normales puisqu’il ne frappe pas pour 1.000? Sûrement.

Je ne le vois pas changer son approche.

L’an prochain, Bellinger sera donc potentiellement un agent libre en même temps que Juan Soto et que Pete Alonso, deux clients de Scott Boras.

La prochaine étape? Faire signer Jordan Montgomery, Matt Chapman, Blake Snell et J.D. Martinez, qui attendent toujours.

L’hiver de l’agent n’est (vraiment) pas terminé.

  • Kiké Hernandez : ça se jouerait entre les Twins, les Angels, les Padres et les Giants.
  • Les A’s et la mairesse d’Oakland ne se sont parlés qu’une seule fois à vie. Wow.
Tags:

Cody Bellinger, Cubs de Chicago, Scott Boras

Articles similaires

Félix Forget

Pascal Harvey

Charles-Alexis Brisebois

Laisser un commentaire