Carlos Correa : oui, avoir des vétérans en séries est encore important

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 9 octobre 2023 à 8h19

En octobre, tout le monde peut se lever. Yordan Alvarez peut continuer de frapper des circuits. Pablo Lopez peut connaître une grosse série. Édouard Julien peut la placer en lieu sûr au bon moment.

Mais quand un vétéran se lève et met l’équipe sur ses épaules, ça change la donne.

Hier, durant le match des Rangers contre les Orioles, Corey Seager a marqué l’histoire en obtenant cinq buts sur balles dans le même match des séries.

Dans une victoire de 11-8 des siens contre les Orioles, qui font maintenant face à l’élimination, son leadership (et celui de Bruce Bochy) a fait la différence.

Mais parlons de Carlos Correa un peu.

L’hiver dernier, quand les Astros ont vu le fiasco Correa sur le marché de l’autonomie (Giants, Mets et Twins ont tous signé le gars), ils devaient rire dans leur barbe.

Après tout, un an avant, ils avaient choisi de laisser partir l’arrêt-court, qui demandait trop d’argent (et qui s’est finalement contenté d’un contrat de transition) pour faire confiance à Jeremy Pena.

Résultat? Ce dernier a été nommé MVP de la série de championnat et de la Série mondiale de 2022… quelques semaines avant de voir Correa signer trois contrats en un mois.

Mais en ce moment, même si Pena ne fait pas mal, on voit qu’il ne transporte pas les Astros sur ses épaules comme Correa le fait dans la série Twins/Astros.

Correa, qui me fait (finalement) bien paraître dans une prédiction, a réalisé de beaux jeux dans les trois premiers matchs des séries des siens… mais hier, il a dominé.

Trois coups sûrs, un but sur balles et trois points produits : il a tout fait. Le collègue Sébastien Berrouard, hier soir, l’a d’ailleurs bien résumé.

J’ai toujours trouvé que les Twins avaient bien géré le dossier de son autonomie depuis deux ans. Ils ont réussi, à un prix raisonnable, à le mettre sous contrat.

Et ça rapporte.

Là, c’est sous les couleurs des Twins, une équipe de plus en plus à surveiller, qu’il fait des choses comme dépasser Derek Jeter et David Ortiz pour le plus de points produits en séries.

Wow. C’est fou. Je ne le savais pas. Merci de me le dire.

– Carlos Correa en entrevue après avoir appris qu’il dépassait les légendes

Bernie Williams (80) et Manny Ramirez (78) sont devant David Justice et Carlos Correa (63) en ce moment. Derek Jeter et David Ortiz sont à 61.

C’est assez fou, en effet. Après tout, des bons joueurs, il en reste encore à Houston… et des gars comme Alex Bregman et Jose Altuve ont un parcours éliminatoire de plus (2022) sous la cravate.

Mais quand Correa est en forme, il nous rappelle qu’il est meilleur que les autres – et qu’il n’a pas besoin de tricher pour y arriver.

Les Twins, même s’ils ne peuvent pas compter sur Byron Buxton en ce moment, comptent sur Correa et Pablo Lopez, une autre grosse prise de la dernière saison morte. Correa a aimé le jeu de Lopez, d’ailleurs.

Là, mathématiquement, les Twins ont plus de chances que les Astros de gagner la prochaine série.

Quand un club rentre à la maison quand la série est 1-1 sous le format 2-2-1, ses chances de gagner sont historiquement de 67 %. Et comme on l’a vu dans les derniers jours, il y a de l’ambiance au Minnesota…

Le but des Astros, maintenant? Trouver une manière de contrôler Carlos Correa, le monstre qui a été créé par ces mêmes Astros.

Et clairement, ce ne sera pas simple.

Notons qu’aujourd’hui, ce sont les clubs de la Nationale qui seront en action. Les Dodgers et les Braves tenteront de se racheter.

Mardi, l’Américaine sera de retour sur le terrain après avoir voyagé au Texas et au Minnesota.

10e manche
  • Le leadership de Carlos Correa est important. Il en a vu d’autres et ses jeunes coéquipiers peuvent apprendre de ça?
  • Cinq points produits pour Aaron Hicks.
  • Les clubs de l’Est de l’Américaine sont tous sur une séquence de défaites en séries.
  • Elle est bonne, la joke des Twins sur Taylor Swift.
Tags:

Astros de Houston, Carlos Correa, Twins Du Minnesota

Articles similaires

Pascal Harvey

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois