Anthony Volpe : une saison recrue qui nous laisse avec plusieurs questions

Actualité

Félix Forget

Publié le 29 septembre 2023 à 14h04

Anthony Volpe

Depuis quelques années, les Yankees sont all-in sur Anthony Volpe, qui était vu comme le gros espoir de l’organisation. Le jeune joueur d’arrêt-court, qui a grandi en tant que partisan des Yankees et en admirant Derek Jeter, était vraiment le gros projet du club.

Repensez à tous les gros joueurs d’arrêt-court que les Yankees n’ont même pas considéré signer sur le marché de l’autonomie : clairement, les attentes envers Volpe étaient grandes.

Au printemps dernier, son gros camp d’entraînement a forcé la main des Yankees, qui l’ont gardé dans les Majeures. Le plan était clair : il allait avoir des moments difficiles, mais il avait la confiance du club pour passer l’année entière dans la MLB.

Et dans les faits, il a démontré des signes encourageants. En 156 matchs (sur une possibilité de 159), il a frappé 21 circuits, il a volé 24 buts, il a produit 60 points et il a joué de la belle défense à l’arrêt-court.

Par contre, il y a aussi eu des signes dans l’autre sens : sa ligne de frappe pour la saison (.207/.283/.384) est assez ordinaire et il manque vraiment de gaz en cette fin de campagne.

Crédit : MLB.com

Tout ça fait donc en sorte que la saison recrue d’Anthony Volpe nous laisse avec plusieurs questions. Quel genre de frappeur est-il vraiment? Quel est son réel plafond? Quel rôle pourra-t-il assumer avec les Yankees en 2024?

Et, à mes yeux, la plus importante : à long terme, sera-t-il réellement un joueur d’arrêt-court?

Andy Martino l’a très bien résumé dans son texte : Volpe est un solide joueur défensif, mais Oswald Peraza a un meilleur profil comme joueur d’arrêt-court à long terme.

Et ça ne se veut pas un désaveu envers Volpe : il est seulement plus dans le moule d’un Dustin Pedroia que d’un Didi Gregorius dans ses belles années, encore pour reprendre les mots de Martino.

Et quand on considère que Volpe pourrait gagner un Gant doré à l’arrêt-court cette année (et que tous ses liens avec Derek Jeter font en sorte que le club veut le voir exceller à la position #6), ça pourrait encore plus compliquer la tâche d’un changement de position à long terme.

J’adore la comparaison de Pedroia pour Volpe : les deux n’ont pas un gros bras, mais ils sont capables de couvrir du terrain et d’être d’excellents joueurs défensifs au deuxième coussin.

Sur le plan offensif, il est peut-être un peu trop tôt encore pour tirer des conclusions au sujet de Volpe, qui a à peine joué dans le AAA avant de faire le saut dans les Majeures. Sa première année en a été une d’adaptation, en fin de compte.

Par contre, le fait que sa ligne de frappe soit aussi peu reluisante est quand même un brin inquiétant : il était vu comme un gars capable de faire contact avec la balle assez aisément, mais on ne l’a pas vu cette saison. En fait, on a vu à peu près tout le contraire.

Il y a eu beaucoup plus de bas que de hauts pour Volpe sur le plan offensif cette année, certes, mais c’est surtout en 2024 que les résultats devront venir. Il a encore droit au bénéfice du doute pour le moment, mais tôt ou tard, il devra produire dans les Majeures sur une base régulière.

Oui, la prochaine saison nous permettra d’obtenir beaucoup de réponses au sujet du jeune.

Tags:

Anthony Volpe, Yankees de New York

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard