Agents libres : les Dodgers ont dépensé plus que les 29 autres équipes combinées

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 22 décembre 2023 à 10h00

Enfin, le Japonais Yoshinobu Yamamoto a trouvé sa prochaine niche. Et pas pour des peanuts.

En effet, les Dodgers de Los Angeles ont continué de s’approprier la saison morte de la MLB hier soir (jeudi) en concluant une entente de 12 ans d’une valeur de 325 millions de dollars avec le lanceur nippon.

Il s’agit du plus gros contrat jamais accordé à un lanceur en termes d’argent total.

Ce qui fait que Los Angeles vient de dépasser le milliard de dollars en dépenses salariales depuis le début de la présente saison morte.

C’est plus que les 29 autres clubs du baseball majeur combinés. De la pure folie.

Le pacte d’hier est survenu moins de deux semaines après que Los Angeles ait attiré le prodige japonais Shohei Ohtani sous le chaud soleil californien avec un contrat record de dix ans d’une valeur de 700 millions de dollars (dont 680 millions de dollars en argent différé).

Les deux protagonistes, qui ont remporté ensemble le titre de la Classique mondiale de baseball 2023 avec l’équipe du Japon, étaient considérés comme les deux meilleurs joueurs sur le marché des joueurs autonomes.

Puis, entre l’arrivée des deux vedettes nippones, les Dodgers fait l’acquisition de Tyler Glasnow en provenance des Rays de Tampa Bay et lui ont accordé une prolongation de contrat de cinq ans d’une valeur de 135 millions de dollars.

Ainsi, depuis le 9 décembre dernier, la formation californienne a dépensé plus de 1,1 milliard de dollars pour ajouter trois joueurs.

Cela ne garantit cependant pas un championnat, comme en témoigne leurs éliminations précoces lors des dernières campagnes. On passe toutefois à un autre niveau avec les acquisitions de cet hiver, à tout de moins sur papier.

Enfin, le marché des joueurs autonomes et des transactions peut officiellement s’ouvrir.

Tags:

Dodgers de Los Angeles, Yoshinobu Yamamoto

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey