Danny Jansen et sa « petite » journée de cinq points produits

Actualité, Blue Jays

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 20 mai 2024 à 18h30

Depuis quelques jours, John Schneider a moins peur de brasser son alignement des frappeurs. Par exemple, il a sorti George Springer du premier rang de l’ordre offensif.

Ça n’a pas rapporté la victoire samedi, mais depuis deux jours, les Blue Jays sont en mesure d’aller chercher la victoire.

Et quand on regarde la façon dont le match du jour (contre les pauvres White Sox, mais quand même) s’est déroulé, on voit qu’à terme, les changements effectués par le gérant ont rapporté aujourd’hui.

Voir la feuille de pointage du jour :

À part Paul DeJong, qui a fait payer son ancienne équipe, on voit que les gars qui se sont démarqués ne sont pas exactement à Chicago. Ce sont les premiers frappeurs du haut de l’alignement.

Davis Schneider? Un point, un coup sûr. Et pendant ce temps-là, George Springer n’a soutiré qu’un but sur balles.

Vladimir Guerrero Jr. et Bo Bichette (quatre coups sûrs pour l’arrêt-court) ont réussi à rester dans le top-4 offensif et ils ont remercié leur gérant avec un point produit chacun.

Mais que dire de Danny Jansen? Le meilleur frappeur du club depuis un bout (n’ayons pas peur des mots) a placé la balle en lieu sûr trois fois et a produit pas moins de cinq points dans un gain de 9-3. Le départ de qualité de Jose Berrios a aussi aidé.

Autant les décisions de John Schneider sont souvent critiquées, mais là, il faut reconnaître que d’avoir Schneider et Jansen dans les deux premiers rôles offensifs, ça a aidé.

J’imagine que le gérant aurait aimé avoir Daulton Varsho (deux points, deux coups sûrs et deux points produits) plus haut, mais j’imagine aussi qu’il y a des limites à descendre Justin Turner et Springer.

  • Zach Eflin est blessé.
  • Les joueurs de la semaine.
  • Gerrit Cole affrontera des frappeurs demain.
  • Francisco Lindor bien accueilli à Cleveland.
Tags:

Blue Jays de Toronto, Danny Jansen, White Sox

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Pascal Harvey

Laisser un commentaire