Yu Darvish est triste que les Padres n’aient pas tenté de signer Shohei Ohtani et Yoshinobu Yamamoto

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 31 décembre 2023 à 13h00

Il y a un an, quand les Padres de San Diego ont mis Yu Darvish sous contrat pour six ans, le lanceur a demandé à A.J. Preller, le boss des opérations baseball, si son contrat allait menotter les siens.

En gros, sa question, c’était de savoir si les Padres allaient avoir l’argent pour tenter de signer Shohei Ohtani et Yoshinobu Yamamoto. C’est ce qu’il a demandé clairement à son patron.

Et Preller lui a dit que non, cela n’allait pas freiner le club, qui venait d’ailleurs à peine d’ajouter Xander Bogaerts à l’alignement pour 11 ans.

Darvish était bien content.

Mais en un an, vous savez comme moi que les choses ont changé. Les insuccès des Padres sur le terrain et les problèmes financiers du club ont changé les plans.

Le décès du propriétaire Peter Seidler a été la goutte qui a fait déborder le vase, poussant les Padres à tomber en mode « économiser de l’argent » au lieu de dépenser.

Résultat? Les Padres n’ont jamais été cités dans les dossiers Yamamoto et Ohtani. Aucune rencontre n’a été organisée entre les Padres et ces gars-là, qui sont allés à Los Angeles.

Et selon ce que Darvish a lui-même dit dans une entrevue, cela lui a fait de la peine de voir que les Padres n’ont rien fait pour les empêcher d’aller chez l’ennemi.

Même si Darvish a lancé à L.A. en 2017, il veut tout faire pour battre la formation de Los Angeles. Il trouve ça dommage de voir que San Diego redevient le petit club derrière L.A.

Et il va encore plus pleurer si Roki Sasaki s’en va lui aussi à L.A. dans un an. Sasaki, c’est le prochain Yamamoto sur le monticule en provenance du Japon.

Un peu partout au Japon, on voit des gens qui rapportent les propos de Darvish, qui ne semble pas dans le meilleur des états d’esprit en ce moment.

On peut le comprendre : la suite ne sera pas facile à San Diego…

Son rêve de créer une puissance japonaise à San Diego est mort (en fait, il est vivant… mais à Los Angeles) et Darvish devra se rabattre sur Yuki Matsui, un closer japonais qui a signé à San Diego.

Mais ce ne sera pas pareil, on s’entend. Ce n’est pas avec Matsui qu’il voulait partir la filiale japonaise chez les Padres de San Diego – en tout respect pour Matsui.

Tags:

A.J. Preller, Dodgers de Los Angeles, Padres de San Diego, Peter Seidler, Shohei Ohtani, Yoshinobu Yamamoto, Yu Darvish

Articles similaires

Félix Forget

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois