Wander Franco en congé administratif au moins jusqu’en juin

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 28 mars 2024 à 12h30

Au cas où vous l’auriez oublié, la saga impliquant le joueur d’arrêt-court des Rays de Tampa Bay, Wander Franco, n’est pas terminée, loin de là.

D’ailleurs, Franco a été retiré de la formation de 40 joueurs des Raies ce matin (jeudi), et a tout de suite été placé en congé administratif jusqu’au 1er juin, selon ce qu’a appris Jeff Passan du réseau ESPN.

Il s’agit d’une décision qui a été prise conjointement par le baseball majeur et l’Association des joueurs de la MLB. Une fois son transfert officialisé, Tampa Bay devrait pouvoir annoncer l’acquisition de Niko Goodrum, qui prendra alors la place vacante à temps pour le duel face aux Blue Jays de Toronto.

Ce mouvement de personnel n’est en fait qu’une question de paperasse, car l’homme de 23 ans est à l’écart du jeu et de son équipe depuis la mi-août dernière, lorsque des allégations de relation inappropriée avec une mineure ont fait surface.

Bien que Franco n’ait pas été formellement inculpé, il fait toujours l’objet d’une enquête dans son pays natal, la République dominicaine.

En fixant une date de fin pour ce séjour en congé administratif, la ligue et le syndicat ont établi une fenêtre de deux mois pour laisser place à une évolution de son cas et de son statut. S’il n’y en a pas, les parties se réuniront à nouveau et pourraient décider de prolonger le séjour de Franco en congé administratif, de le placer sur la liste restrictive ou d’envisager d’autres options.

Puisqu’il s’agit d’une mesure non disciplinaire, le joueur étoile déchu pourra recevoir les deux millions de dollars prévus à son contrat en salaire.

Les Rays doivent toujours 174 millions de dollars à Franco en vertu de l’entente de onze ans et 182 millions de dollars garantis qu’il a signée en novembre 2021.

  • Mike Trout est prêt.
  • Quand frappera-t-il son 300e circuit?
Tags:

Rays de Tampa Bay, Wander Franco

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey

Laisser un commentaire