Vladimir Guerrero Jr. : Ross Atkins cherche à se distancier de la décision de l’arbitre

Actualité, Blue Jays

Pascal Harvey

Publié le 17 février 2024 à 10h30

Professionnellement parlant, l’hiver actuel ne sera pas la plus belle saison à vie pour le grand manitou des Blue Jays, Ross Atkins.

Rappelons que la direction du club, Atkins en tête, a décidé de se battre à travers l’arbitrage contre le clan Vladimir Guerrero Jr. afin de fixer le salaire de celui-ci en vue de la saison 2024.

Comme il fallait s’y attendre, Guerrero a gagné sa cause et il touchera 19.9 M$ et non les 18.05 M$ proposés par l’équipe torontoise.

Bien entendu, la pression revient au jeune athlète de bien performer afin de donner raison à l’arbitre qui a tranché en sa faveur tout en faisant mal paraître l’organisation au passage.

Car oui, l’organisation des Jays paraît mal. En plus de ne pas avoir été très efficaces sur le marché des joueurs autonomes, les Blue Jays se retrouvent avec un alignement qui a fait du surplace au milieu d’une division encore plus compétitive.

C’est à se demander si les Jays feront les séries en 2024.

Pendant ce temps, Atkins, le directeur général de l’équipe, cherche à prendre du recul face à la décision de son organisation d’avoir voulu faire des économies de bout de chandelle concernant l’un des meilleurs joueurs de l’équipe et assurément l’un des plus populaires.

Atkins mentionne que les Jays ont mandaté un avocat afin de plaider leur cause devant l’arbitre désigné pour entendre les deux parties. Autrement dit, il se dissocie quasiment de la décision rendue en faveur de son joueur de premier coussin et indirectement de la décision de son organisation de s’être rendu là.

Il me semble que ce commentaire ressemble plus à un raccourci afin de faire diversion qu’autre chose.

C’est comme si Atkins disait la faute revient à un tiers à qui revenait le gros de la tâche, qui n’a pas réussi sa mission et nous en sommes désolé. Bien mince excuse considérant les séquelles que cette décision causeront à court et moyen terme dans la relation entre le joueur et son équipe.

Les partisans de l’équipe, déjà frustrés par l’immobilisme des dirigeants du club, auront des arguments de plus quand viendra le temps de se faire entendre le jour où Guerrero Jr. décidera d’aller voir ailleurs au moment de son autonomie.

Sans le vouloir, ou au contraire, Atkins a peut-être déjà préparé le terrain pour faire de Bo Bichette son joueur de concession, le préférant ainsi à Vlad Jr.

On le sait, les deux athlètes sont bien différents et ils contribuent à leur façon aux succès du club.

Cependant, Atkins peine à bien les entourer et il est inévitable qu’il lui sera difficile de garder les deux à bord bien longtemps.

Cette maladresse cache possiblement quelque chose de plus gros, car Atkins a aussi dit qu’il s’assurerait à ce que Vladimir Guerrero Jr. et son clan n’y voient rien de personnel en ramenant cette décision au niveau business uniquement.

On sent déjà le malaise entre les principaux intéressés.

Oui, le sport professionnel est d’abord une histoire de gros sous, mais les amateurs paient le gros prix pour voir performer des athlètes au sommet de leur art et non pour constater le bilan financier des équipes et le compte en banque des joueurs.

Souhaitons pour Atkins et la direction des Jays, une bonne saison sur le terrain et au guichet afin de permettre aux amateurs d’améliorer leur humeur et à Vladimir Guerrero Jr. de performer à la hauteur de son immense talent.

Tags:

Blue Jays de Toronto, MLB, Ross Atkins, Vladimir Guerrero Jr.

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Pascal Harvey

Pascal Harvey

Laisser un commentaire