Une foule catastrophique à Tampa Bay pour le premier match des séries

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 4 octobre 2023 à 10h08

Les Rays de Tampa Bay ont baissé pavillon dans le premier match de leur série Wild Card face aux Rangers du Texas hier après-midi. Ce n’est pas idéal de débuter la danse automnale de cette façon, mais ce n’est toutefois pas ce qui a retenu l’attention.

En effet, moins de 20 000 personnes se sont déplacés pour voir leurs favoris à l’œuvre en séries éliminatoires. Plus précisément 19 704 éparpillés dans le Tropicana Field, soit 5 300 de moins que la capacité du stade quand on n’ouvre pas la section du haut.

Une CATASTROPHE.

Tellement qu’il s’agit de la plus faible assistance en éliminatoires depuis 1919, si on exclut l’année de pandémie de COVID-19 vécue en 2020, bien sûr.

À ce moment, le match numéro sept de la Série mondiale avait attiré 13 923 spectateurs au Redland Field de Cincinnati, les Reds remportant la série au meilleur des neuf matchs contre les White Sox de Chicago en huit rencontres.

Le record de la MLB pour la plus faible affluence à un duel de séries demeure le match numéro cinq de la Série mondiale de 1908, alors que seulement 6 210 personnes étaient présentes au Bennett Park de Détroit. Wow, on félicite les Rays de ne pas être descendus si bas!

D’ailleurs, revenons à nos moutons, ou plutôt à nos Raies.

Le pire dans toute cette situation absurde, c’est que la formation floridienne souhaite construire un nouveau stade au même endroit. La définition même de la folie, soit de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

Que le match débute à 15h08 et que la vente des billets ait débutée seulement quelques jours avant le match n’excusent en rien cette piètre performance au guichet en plein mois d’octobre.

Tampa Bay ne mérite tout simplement pas de posséder un club de la MLB dans ces circonstances et le baseball majeur doit se réveiller rapidement.

Tags:

Rays de Tampa Bay, Tropicana Field

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard