Rob Thomson à Philadelphie : un premier gérant canadien à temps plein depuis 1934

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 4 juin 2022 à 14h00

Hier, les Phillies de Philadelphie ont montré la porte de sortie à Joe Girardi. À la base, j’étais plus intéressé par le départ de Girardi, un gros nom du baseball, que par l’identité de son successeur.

Puis, j’ai appris que Rob Thomson, le gérant par intérim des Phillies pour les prochains mois (il va finir l’année), était Canadien. Cela a piqué ma curiosité.

Mais ce qu’il faut savoir, c’est que Thomson est le premier gérant (à temps plein) natif du Canada depuis un certain George Gibson avec les Pirates.

La dernière saison de Gibson avec Pittsburgh? 1934.

C’est donc dire que les Expos de Montréal et les Blue Jays de Toronto n’ont jamais eu la chance d’avoir un gérant à temps plein natif du Canada.

Selon la CBC, chez les gérants à temps plein, Thomson, Gibson et Arthur Irwin (il y a plus de 120 ans) sont les seuls gérants canadiens à temps plein de l’histoire de la MLB. Ce sont tous des Ontariens.

Je vais vous avouer que je pensais sincèrement qu’il y en avait eu plus. Il était temps que ça arrive, non?

Évidemment, certains hommes de baseball ont géré le temps d’un match (comme Thomson quand Joe Girardi se fait expulser ou comme Russell Martin à son dernier match à Toronto en 2018), mais pas à temps plein. Et Thomson est un bon candidat puisque les Phillies l’aiment bien – tout comme Girardi, qui est un ami de longue date.

Est-ce qu’il va réussir à ramener les Phillies sur le chemin de la respectabilité? Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que le club n’a pas du jour au lendemain de meilleurs lanceurs. Donnons-lui la chance de voir comment ça ira.

Hier soir, en tout cas, ça s’est bien passé avec une victoire éclatante contre Anaheim. Voyons voir si ça va se continuer pour ouvrir la porte à d’autres gars, dont Stubby Clapp.

Tags:

Joe Girardi, Phillies de Philadelphie, Rob Thomson

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois