Portrait 2024 : Royals de Kansas City

Actualité

Maxime Trudeau

Publié le 1 mars 2024 à 8h30

Encore une fois cette année, Passion MLB vous propose un portrait par jour des différentes équipes de la MLB, question de se préparer pour la saison 2024.

Au menu aujourd’hui : les Royals de Kansas City.

Saison 2023

La saison 2023 des Royals aura été à l’image des saisons précédentes, soit une déception (pour rester poli). Les Royals ont conclu le calendrier 2023 au dernier rang de leur division avec une piètre fiche de 56 victoires et 106 défaites. Seuls les misérables A’s ont fait pire qu’eux au sein de la MLB!

Il n’y avait pas grand chose à se mettre sous la dent en 2023 au Missouri, outre peut-être le jeu de Bobby Witt Jr. On ne s’étalera pas plus longtemps sur le sujet.

Lorsque la saison fut finie, tout portait à croire que 2024 serait similaire à 2023, peut-être même pire. Ceci dit, il y a une lueur d’espoir, enfin!

Ajouts et départs

Oui, donc, il y a de l’espoir. Les dirigeants de l’équipe ont sorti le chéquier et se sont donnés les moyens de remporter des parties de baseball et ne plus faire rire d’eux. Ils se sont aussi donnés les moyens de raviver la flamme des partisans qui, comme moi, avaient un peu abandonné le navire.

En ce sens, c’est l’humble auteur de ces lignes qui rédige le portrait annuel de l’équipe depuis plusieurs années. J’ai souvenir que les ajouts et départs principaux des dernières années étaient au niveau du propriétaire, du directeur général ou encore du gérant. Cette année, c’est différent et il était temps.

Les Royals ont été l’une des équipes les plus actives sur le marché des joueurs autonomes, et ce, dès les débuts de celui-ci:

  • Will Smith, releveur (closer) : un an, 5 M$
  • Chris Stratton, releveur : deux ans, 8 M$
  • Seth Lugo, partant : trois ans, 45 M$, option de sortie après deux ans
  • Garrett Hampson, joueur d’utilité : un an, 2 M$

Le magasinage ne s’est pas arrêté là! La haute direction a octroyé des contrats au partant Michael Wacha et au voltigeur Hunter Renfroe. Les deux ont signé un contrat de deux ans avec une option de sortie après un an. Wacha gagnera 32 M$ s’il reste deux ans et Renfroe gagnera potentiellement 13 M$ en tout.

Adam Frazier, qui roule sa bosse depuis quelques saisons, a aussi signé une entente d’une saison. Il amènera de la stabilité au niveau de l’avant-champ, au poste de deuxième but plus précisément. Un poste qui en avait grandement besoin depuis des années après l’échec catastrophique d’Adalberto Mondesi. 

Enfin, il y a quelques jours, Kansas City s’est entendu avec le receveur Austin Nola. C’est une excellente police d’assurance lorsque Perez bénéficiera d’une soirée de congé ou bien qu’il s’alignera en tant que frappeur désigné. 

Il y a eu des transactions aussi. Le 17 novembre dernier, KC transigeait Jackson Kowar aux Braves en retour de Kyle Wright. Le releveur s’est par la suite entendu sur les modalités d’une entente d’une saison pour 1,8 million de dollars. Une autre transaction a eu lieu avec Atlanta, amenant en ville le releveur Nick Anderson. Il a été acquis contre un montant d’argent. 

Enfin, un échange a été conclu avec les Red Sox, amenant le lanceur droitier John Schreiber dans le mid-west en échange d’un autre lanceur droitier, David Sandlin.

Zack Greinke, Brad Keller et Matt Duffy ont profité de leur autonomie pour quitter.

Forces et faiblesses

Comment passer sous silence le poster boy du club, Bobby Witt Jr., lui qui a signé plus tôt ce mois-ci le plus gros contrat de l’histoire de la concession? Il a pris le flambeau de Salvador Perez et c’est bien correct ainsi.

Witt Jr. a le potentiel pour devenir un des trois meilleurs joueurs d’arrêt-court de la ligue dans le très court terme. Il fait vendre des chandails et déplacer les foules.

Parlant de Perez, ce dernier ne semble pas vouloir ralentir. Espérons qu’il ait encore une autre grosse saison, lui qui n’aura plus à charrier le club sur ses épaules comme jadis.

La rotation s’est grandement améliorée en ajoutant des vétérans de qualité qui donneront de grosses manches aux Royals en Wacha et Lugo. Toutefois, ce ne sont pas des prétendants au Cy Young, il faut être réaliste. Brady Singer ne deviendra jamais le lanceur espéré, mais bon, dans un bas de rotation, avec une pression moindre, il pourrait potentiellement surprendre. 

Au niveau de la relève, il y a tellement de nouveaux visages, que c’est difficile à prédire. À suivre, donc.

Pour conclure cette section, la direction semble apprécier le joueur de premier coussin Vinnie Pasquantino. Personnellement, je ne suis pas en amour avec le joueur de 26 ans, mais bon. Je me laisse surprendre, qui sait? De l’autre côté du diamant, Maikel Garcia n’est pas la réincarnation de George Brett, disons-le. Il n’a pas fait mal l’an passé en tant que premier frappeur et n’est âgé que de 23 ans (il aura 24 ans le 3 mars).

Attentes en vue de la saison 2024

Vous pouvez bien rire de moi, mais j’ai l’humilité de penser que si tous les morceaux du casse-tête tombent en place, l’idée d’une place en série est loin d’être farfelue pour Kansas City. Peut-être que mon jupon dépasse, mais pour une autre année, la division des Royals sera vraisemblablement la plus faible des Majeures, ce qui ouvre leur ouvre la porte.

D’un point de vue plus rationnel, la saison 2024 sera indéniablement plus positive que les six, sept dernières campagnes. On sent que les Royals sont enfin sur la pente ascendante. À mon avis, ils étaient sur la pente descendante depuis la saison 2016, soit après la conquête de la Série mondiale. Et la pente était particulièrement abrupte depuis le début de la décennie!

Il y a un vent d’espoir à Kansas City en 2024, notamment en raison du nouveau stade qui devrait être construit à Kansas City.

Ne le sentez-vous pas?

Tags:

Portrait 2024, Portrait Passion MLB, Royals de Kansas City

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois