Portrait 2024 : Rockies du Colorado

Actualité

Maxime Trudeau

Publié le 19 mars 2024 à 14h30

Encore une fois cette année, Passion MLB vous propose un portrait par jour des différentes équipes de la MLB, question de se préparer pour la saison 2024.

Au menu aujourd’hui : les Rockies du Colorado.

Saison 2023

La saison 2023 en fut une longue pour les Rockies du Colorado, et ce, dans le mauvais sens du terme. Les Rockies ont tristement franchi la barre symbolique des 100 défaites pour ainsi compiler une piètre fiche de 59-103 lors du dernier retrait de la saison. Il s’agit, et de loin même, du pire dossier de la Ligue nationale. Seuls les misérables A’s et les Royals ont fait pire au sein de la MLB.

Un aspect non-négligeable pour expliquer le mauvais rendement de l’équipe en 2023 est les blessures survenues en début de campagne qui ont mis fin aux saisons de deux de leurs partants, soit German Marquez et Antonio Senzatela. Respectivement, ils n’auront lancé que 20 et 7,2 manches!

Leur meilleur joueur, Kris Bryant, n’a joué que 80 parties, soit moins qu’une demi-saison. D’ailleurs, depuis son arrivée au Colorado en 2022, il n’a joué que 122 rencontres.

D’un point de vue plus positif, trois jeunes se sont particulièrement démarqués, soit les joueurs d’arrêt-court Ezequiel Tovar, le voltigeur de gauche Nolan Jones ainsi que celui au centre Brenton Doyle. Ce dernier fut le lauréat du prestigieux Gant doré à sa position lors de sa saison recrue, ce qui n’est pas rien. Nolan Arenado avait aussi remporté un Gant doré à sa saison recrue en 2013, tiens tiens.

Ajouts et départs

Il n’y a pas eu de changements draconiens durant l’entre-saison.

Les Rockies ont effectué une transaction relativement importante avec les Guardians de Cleveland en novembre dernier, faisant l’acquisition du partant de 29 ans Cal Quantrill en retour de Kody Huff, un receveur des ligues mineures. Le droitier agira fort probablement à titre de deuxième partant derrière le natif de Denver Kyle Freeland.

Le voltigeur Sam Hilliard s’est récemment emmené en ville via le ballottage, en provenance de Baltimore. C’est un retour au Colorado dans son cas, lui qui s’est aligné avec l’équipe entre 2019 et 2022.

Jacob Stallings (receveur) et Dakota Hutson (lanceur partant) ont signé en tant qu’agent libre.

Pour les joueurs qui ont quittés, notons particulièrement Chris Flexen et Chase Anderson.

Forces et faiblesses

La plus grande force de l’équipe est probablement au niveau de sa défensive. À ce sujet, celle-ci compte sur trois joueurs ayant déjà remporté un Gant doré en Jacob Stallings, Brendan Rodgers et Brenton Doyle, évidemment. Pour leur part, Ryan McMahon, Ezequiel Tovar et Charlie Blackmon ont déjà été finaliste à l’obtention du trophée.

Parlant de Blackmon, celui-ci est un bon vétéran qui compte 1500 matchs en carrière. Ceci dit, à 37 ans, il ne peut traîner un club. Par contre, il peut guider les jeunes.

D’un point de vue plus personnel, j’aime bien le travail du gérant Bud Black. Black a vu neiger dans la vie, que ce soit par sa carrière de joueur ou d’homme de banc. Il n’est pas la cause des insuccès de l’équipe, à mon sens.

Enfin, je le place ici quand même malgré mon hésitation, mais Kris Bryant demeure une force de cette équipe. S’il reste en santé et qu’il garde ses opinions pour lui (on y reviendra), il peut être un catalyseur des succès du collectif.

En ce qui a trait aux faiblesses, la rotation est loin d’être celle des Braves d’Atlanta de 1998! Pour en ajouter une couche, ils seront privés pour au moins la moitié de la saison de German Marquez et peut-être la saison au complet pour Antonio Senzatela. Tel que stipulé en intro de ce texte, les deux se remettent de blessures (opération de type Tommy John) et nul ne sait comment il se porteront lors de leur retour.

En lien avec cela, je suis curieux de voir comment se portera la relève de l’équipe en 2024. Comme la qualité de ses lanceurs partants est moindre, les releveurs des Rockies risquent de voir beaucoup d’action, ce qui risque d’avoir des effets négatifs sur le moyen et long terme.

Si l’on se fie au joueur étoile Kris Bryant (dont l’étoile ne cesse de pâlir à chaque saison qui passe), le bassin d’espoir de l’équipe est une faiblesse. Rappelons qu’il avait avoué avoir mal effectué ses recherches sur les espoirs du club avant de signer. Avait-il tort, avait-il raison? Seul le temps nous le dira. Ceci étant dit, l’équipe basée dans le Mile High City compte quatre espoirs dans le top-100 de la MLB, plus précisément au rang 28, 52, 72 et 81. Adael Amador est le plus bel espoir du lot, lui qui évolue à l’avant-champ.

Enfin, appelons un chat un chat, l’attaque manque de punch. Au moins, elle est quelque peu avantagée par rapport aux autres formations des majeures, car elle joue 81 de ses matchs en haute altitude, ce qui, comme on sait, fait voyager la balle. On trouve du positif où l’on peut, hein!

Attentes en vue de la saison 2024

Malheureusement pour eux et leurs partisans, les Rockies du Colorado finiront sans doute au dernier rang de leur puissante division, l’une des bonnes du baseball majeur.

On peut quand même faire des souhaits aux Rockies. Souhaiter que Kris Bryant soit en santé et joue moindrement. Souhaiter que les jeunes progressent. Enfin, souhaiter qu’ils aillent une meilleure fiche que la saison dernière, car cela représentait la pire saison de leur histoire. Un triste record que l’on ne voudra pas battre en 2024.

Tags:

Portrait 2024, Portrait Passion MLB, Rockies du Colorado

Articles similaires

Maxime Trudeau

Sébastien Berrouard

Pascal Harvey