Portrait 2024 : Reds de Cincinnati

Actualité

Félix Forget

Publié le 9 mars 2024 à 19h00

Encore une fois cette année, Passion MLB vous propose un portrait par jour des différentes équipes de la MLB, question de se préparer pour la saison 2024.

Au menu aujourd’hui : les Reds de Cincinnati.

Saison 2023

En 2023, un vent d’optimisme a soufflé sur la ville de Cincinnati. Mené par une tonne de jeunes joueurs de qualité, les Reds sont devenus une équipe excitante à regarder.

Évidemment, on a parlé abondamment de la jeune sensation Elly De La Cruz, mais les jeunes Matt McLain, Christian Encarnacion-Strand et Noelvi Marte ont tous fait leurs débuts dans les Majeures. Les gros espoirs du club sont arrivés, en gros.

Malgré le fait que les Reds n’aient pas atteint les séries, la fiche de 82-80 de l’équipe en 2023 est une victoire sur toute la ligne… une victoire qui laisse présager qu’on peut commencer à avoir des idées de grandeur à Cincinnati.

Et ça, ça fait longtemps que ça s’est vu dans le coin.

Ajouts et départs

Les Reds ont vu la promesse de leur jeune groupe, et les propriétaires ont décidé d’agir pour aider le noyau. Au niveau de l’alignement, le sous-estimé Jeimer Candelario viendra ajouter du punch offensif, et sa capacité à frapper des doubles devrait bien concorder avec le stade des Reds, avantageux pour les frappeurs.

C’est toutefois au niveau du personnel de lanceurs que les Reds ont frappé leurs gros coups : Emilio Pagan et Brent Suter vont venir aider l’enclos, tandis que Nick Martinez viendra aider la rotation.

On a aussi donné un pacte (lucratif) d’un an à Frankie Montas, un beau projet de rédemption.

Au niveau des départs, Harrison Bader (Mets) et Hunter Renfroe (Royals) ont quitté sur le marché de l’autonomie, eux qui n’ont fait que passer avec les Reds en fin de saison l’an dernier. Nick Senzel est aussi rendu à Washington.

Le gros départ, cela dit, c’est Joey Votto. Le visage de l’organisation depuis une quinzaine d’années n’a pas obtenu de nouveau contrat à Cincinnati, et au final, c’est avec les Jays qu’il essaiera de se tailler un poste pour la saison 2024.

Il a obtenu une invitation au camp d’entraînement de l’équipe torontoise hier.

Forces et faiblesses

La formation des Reds est un brin difficile à cerner considérant la jeunesse du club. Les forces et les faiblesses seront déterminées par la progression (ou non) des jeunes loups du noyau, mais il y a tout de même des éléments intéressants.

Tout d’abord, l’alignement de frappeurs est extrêmement prometteur. Elly De La Cruz est le nom populaire, mais même s’ils sont moins connus, des joueurs comme Jeimer Candelario, TJ Friedl, Spencer Steer, Christian Encarnacion-Strand et Matt McLain, pour ne nommer qu’eux, vont contribuer offensivement.

Ce qu’on remarque, aussi, c’est la grosse profondeur de l’équipe. Les Reds n’ont peut-être pas un frappeur de premier plan, mais ils misent sur une bonne dizaine de frappeurs dignes de jouer dans les Majeures.

Les Reds misent aussi sur l’un des meilleurs releveurs des Majeures en Alexis Diaz, qui a été complètement dominant pendant une bonne partie de la saison 2023. Il a semblé manquer d’énergie en fin de saison après avoir été surutilisé, mais quand il est en pleine forme, il est intouchable.

Pour ce qui est des faiblesses, la rotation de lanceurs semble être un point d’interrogation. Hunter Greene est un lanceur prometteur, et le reste du groupe a du potentiel avec Graham Ashcraft, Frankie Montas et Andrew Abbott (et, s’il revient au jeu, Nick Lodolo, lui qui est aux prises avec une blessure bizarre à la jambe), mais il semble difficile de voir un lanceur de ce groupe se hisser parmi les meilleurs artilleurs de la ligue.

On peut dire la même chose du reste de l’enclos de releveurs derrière Diaz, tout comme ça semble être le cas de l’alignement de frappeurs. La profondeur est intéressante, mais il n’y a pas de frappeur de premier plan établi.

Les jeunes auront l’occasion de le devenir, mais il faudra qu’un gars soit capable de tirer l’alignement vers le haut dans les moments plus difficiles. Et en ce moment, impossible de savoir qui sera celui qui aura ce rôle.

Attentes en vue de la saison 2024

À Cincinnati, le plan est clair : on croit en notre jeune noyau et on veut lui donner toutes les chances de faire les séries dès cette saison. Et dans une division qui semble prenable, les Reds sont en position pour atteindre leur objectif.

Le plus important, cela dit, ce sera d’aider les jeunes à continuer de progresser. Si tout le monde se développe comme prévu, les Reds auront le potentiel d’être une équipe fort dominante, mais si le bateau devait dériver un brin, ça pourrait être difficile de le ramener considérant la jeunesse du groupe.

Une chose est claire, par contre : les Reds seront une équipe extrêmement excitante à regarder. Elly De La Cruz risque de valoir le prix d’entrée à lui seul, après tout.

Le parallèle n’est pas parfait, mais les Reds peuvent espérer connaître la saison qu’ont connu les Diamondbacks en 2023. Dans les deux cas, on parle de jeunes groupes qui ont été chercher des vétérans pour l’épauler et envers qui les attentes ne sont pas forcément titanesques.

Est-ce que les Reds se rendront en Série mondiale pour autant? Peut-être pas… mais ce club-là devrait se battre pour une place en séries. Et pour les partisans du club qui attendent depuis plusieurs années (les Reds ont fait les séries lors de la saison écourtée, mais ils n’ont pas joué un 163e match lors d’une même saison depuis 2013), ça risque d’être une saison excitante à suivre.

Tags:

Portrait 2024, Portrait Passion MLB, Reds de Cincinnati

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard

Maxime Trudeau