Portrait 2023 : Diamondbacks de l’Arizona

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 22 mars 2023 à 14h00

Le 30 mars prochain, la saison 2023 de la MLB prendra son envol. On s’embarque donc dans un long marathon afin de voir si les Astros seront détrônés à la fin de la course.

Après les Reds hier, au menu aujourd’hui : les Diamondbacks de l’Arizona.

En 2021, les Diamondbacks de l’Arizona ont touché le fond du baril, terminant l’année avec un dossier de 52 victoires contre 110 revers. Oui oui, 110 défaites…

L’an dernier, on a pu apercevoir la lumière (ou le train) au bout du tunnel, les Serpents terminant avec 22 victoires de plus que la campagne précédente.

Cette fiche les a placés au quatrième rang de la division, treize matchs derrière la dernière place donnant droit à une participation aux séries éliminatoires, le mois de juin ayant été fatal après un mois de mai qui les ramenait dans la course.

Vers la fin de la saison, on pouvait sentir que le vent commençait à changer de côté, les DBacks se rapprochant même de la barre de .500 et offrant ainsi un peu d’espoir pour la suite.

Ajouts/départs

L’an dernier, les Diamondbacks possédaient l’un des pires enclos de relève de la MLB. Pour pallier cette lacune, Arizona a fait l’acquisition de Miguel Castro, Andrew Chafin, Scott McGough et Carlos Vargas.

À l’attaque, Diego Castillo, Lourdes Gurriel Jr., Gabriel Moreno, Kyle Lewis et Evan Longoria sont tous atterris en Arizona par voie de transaction.

Ces arrivées signifient cependant des départs. Parmi eux, on peut noter ceux de Ross Carver, Cooper Hummel, Ian Kennedy, Scott Randall et Daulton Varsho.

On peut dire que c’aura été une saison morte efficace pour les DBacks.

Forces/faiblesses

La plus grande force de la formation de l’Arizona a un nom, et ce nom c’est Zac Gallen. Ajoutons à cela la jeunesse émergente, entre autres Corbin Carroll et Gabriel Moreno qui obtiendront beaucoup de temps de jeu.

Du côté des vétérans, les Evan Longoria, Ketel Marte, Jake McCarthy, Alek Thomas et Christian Walker amèneront une certaine stabilité dans l’alignement des frappeurs, stabilité qui sera primordiale dans une saison qui comportera son lot de hauts et de bas.

À l’inverse, la faiblesse notoire se résume à tout ce qui retrouve sur la butte, à l’exception de Gallen. Les Merrill Kelly, Ryne Nelson, Zach Davies et Madison Bumgarner ne forment pas tout à fait une rotation digne d’une équipe aspirante.

Comme mentionné plus haut, les Diamondbacks ont amélioré leur enclos de relève, mais cela n’est pas suffisant pour enlever cette phase de jeu des faiblesses de l’équipe.

À quoi s’attendre en 2023?

Tout ce qui se rapprochera d’une saison de 81 victoires et d’une fiche de .500 sera considéré comme un succès pour les Diamondbacks.

Il ne sera cependant pas évident de manœuvrer dans une division qui comporte les Dodgers de Los Angeles et les Padres de San Diego. Par contre, le troisième rang de la section Ouest de la Ligue nationale est très prenable pour l’Arizona, eux qui sont clairement supérieurs aux Rockies du Colorado et qui devront se battre avec les Giants de San Francisco.

Une participation aux séries éliminatoires relève presque de l’utopie, mais il ne faut toutefois pas écarter complètement les Diamondbacks de l’équation.

Tags:

Diamondbacks de l'Arizona, Portrait 2023

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey