Portrait 2023 : Reds de Cincinnati

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 21 mars 2023 à 14h00

Le 30 mars prochain, la saison 2023 de la MLB prendra son envol. On s’embarque donc dans un long marathon afin de voir si les Astros seront détrônés à la fin de la course.

Après les Pirates hier, au menu aujourd’hui : les Reds de Cincinnati.

En 2022, les Reds ont commencé la saison 3-16, ce qui était horrible. Rapidement, le président en a rajouté en affirmant que les partisans n’avaient « nulle part où aller » et qu’ils n’avaient pas le choix de rester pour les supporter.

Ça donnait le ton.

Mais les fans n’ont pas accepté de se déplacer en masse pour voir un mauvais club sur le terrain. Les 100 défaites du club ont vraiment fait mal à la base de fans et disons qu’il n’y a rien de bien positif à retenir, dans les faits, de la saison 2022.

Et en plus, Joey Votto s’est blessé en cours de route.

Sans Luis Castillo, échangé aux Mariners, les Rouges ont compté sur Hunter Greene, un jeune que j’aime bien. Il n’a pas été parfait, mais il n’a vraiment pas été vilain non plus. En relève, Alexis Diaz (le frère d’Edwin) a connu une belle saison.

Brandon Drury (échangé en cours de route), Tyler Stephenson (blessé et limité à 50 matchs), Jonathan India et Kyle Farmer se méritent des étoiles dans leur cahier.

Ajouts/départs

Parmi les départs du club durant la saison morte, on note Jeff Hoffman, Aristides Aquino, Donovan Solano et Mike Minor. Le club a réussi à retenir les services de plusieurs agents libres, dont Austin Romine, Chase Anderson et Hunter Strickland.

Au mois de janvier, le club a libéré Mike Moustakas, qui a signé un contrat des mineures à Denver au cours des dernière semaines.

Le club a aussi échangé Kyle Farmer aux Twins, mais a compensé en mettant la main sur Kevin Newman en provenance de Pittsburgh.

Chez les ajouts, la présence de Wil Myers est intéressante. Pourra-t-il se relancer à Cincinnati?

Luke Maile a quant à lui choisi de continuer sa tournée des équipes de l’Ohio, lui qui a quitté les Guardians pour se joindre aux Reds. Un autre receveur (Curt Casali) a été ajouté.

Luke Weaver apportera de la profondeur sur le monticule.

Forces/faiblesses

Si Hunter Greene pouvait lancer huit manches chaque jour et qu’Edwin Diaz pouvait toujours lancer en neuvième manche, ça irait bien. C’est simple, non?

Non, ce n’est pas simple. Après tout, Diaz est au coeur des rumeurs l’envoyant à New York pour remplacer son frère, ce qui couperait aux Reds un rare bon lanceur. Le reste du monticule est ordinaire.

Offensivement, les Reds devront donner un peu de temps aux jeunes pour se développer. Ça va donc passer par Wil Myers, Nick Senzel, Jonathan India et Joey Votto.

Mais surtout, ça va passer par un Tyler Stephenson en santé. Cela pourrait faire la différence entre une très mauvaise équipe et une mauvaise équipe. Et ça, ça change tout.

À quoi s’attendre en 2023?

À rien.

Personellement, je pense que les Reds sont le pire club de la Nationale. Je les vois finir derrière les Nationals, ce qui n’est pas glorieux.

Je pense que le club n’a pas fait de pas en avant, aussi petit soit-il, au cours de la saison morte. En 2023, le club aura autour de 100 défaites et les rumeurs de transaction feront rage.

Joey Votto, dont le nom circule à Toronto depuis que son DG l’a placé au coeur des rumeurs, est notamment un joueur qu’il faudra surveiller.

Dans une division qui comprend les Brewers, les Cardinals, les Cubs et les Pirates, il y aura des matchs plus faciles… mais ce sera notamment ceux où les Reds seront les adversaires.

Ce qui sera vraiment à surveiller, c’est le développement de gars comme Elly De La Cruz et Noelvi Marte, deux gros espoirs de la formation. Les fans du club sont aussi bien de regarder des matchs des mineures, question de se donner espoir.

Tags:

Portrait 2023, Reds de Cincinnati

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard

Maxime Trudeau