Les Diamondbacks veulent prouver leur valeur au monde entier

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 9 octobre 2023 à 10h18

Pas beaucoup de gens au sein du monde du baseball pensaient que les Diamondbacks de l’Arizona allaient se faufiler jusqu’en séries éliminatoires, puis jusqu’en Série de division.

À leur sujet, on a tout entendu, à commencer par leur faible total de 84 victoires, en passant par le fait qu’ils ne devraient pas être là et en terminant par la possibilité que le format des séries change pour éviter une situation de la sorte.

Et c’est peut-être ce genre d’affirmation qui fait justement que les DBacks sont là où ils sont en ce moment.

Selon le gérant Torey Lovullo, les joueurs de la formation de l’Arizona prennent personnel les critiques dirigées à leur endroit.

Nous prenons cela personnellement lorsque nous regardons certains commentaires à la télévision ou lisons certaines choses où tout le monde voulait qu’on soit rétrogradé en Série de division afin que les Braves puissent affronter les faibles Diamondbacks.

Lovullo et ses ouailles ne lisent certainement pas mes Tweets (ou mes X), mais votre humble serviteur ne croyait pas non plus que les Serpents feraient si belle figure en 2023.

Il faut certes remercier les Padres de San Diego et les Mets de New York pour leur déconfiture, mais le crédit revient quand même aux Diamondbacks.

En effet, après avoir été balayés par les Astros de Houston lors du dernier weekend de la saison à Phoenix, ils sont allés à Milwaukee deux jours plus tard, ont éliminé les Brewers après avoir tiré de l’arrière dans chaque match, puis ont traité le futur membre du Temple de la renommée des Dodgers de Los Angeles, Clayton Kershaw, comme un lanceur de pratique au bâton dans leur victoire de 11-2 samedi.

Les DBacks auront une fois de plus l’occasion de faire taire les critiques dès ce soir dans le cadre du match numéro deux de leur série, alors que Zac Gallen fera face à Bobby Miller sur la butte.

Tags:

Diamondbacks de l'Arizona, Torey Lovullo

Articles similaires

Pascal Harvey

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois