John Schneider sur sa décision en séries : « ça va me hanter toute ma vie »

Actualité, Blue Jays

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 5 mars 2024 à 18h30

La saison 2024 des Blue Jays sera assez importante. Après tout, le club, comme vous le savez, aura énormément de pression afin de vaincre ses démons du mois d’octobre.

On entend des joueurs se lever à ce sujet… surtout Bo Bichette, je dirais. Il prend de plus en plus sa place comme meneur du club, lui.

Mais comme on le sait, ça part souvent du gérant, le leadership. S’il y a un problème à ce niveau-là, une formation pourra difficilement avancer dans la bonne direction.

Et à Toronto, avec ce qui s’est passé en séries en 2023, le problème potentiel existe bel et bien.

Après tout, après que John Schneider ait décidé d’enlever Jose Berrios trop rapidement lors du dernier match en séries (on s’en souvient tous), cela a créé un gros froid en ville. Même Ross Atkins, le DG, a lancé son gérant en-dessous de l’autobus devant les médias.

Et ça, le principal intéressé le sait.

Ça va me hanter toute ma vie.

– John Schneider

Mais tel que mentionné au journaliste Rob Longley dans les derniers jours, le gérant ne voulait pas que ça laisse de froid avec ses joueurs. Sinon, cela peut créer une situation inconfortable.

Le gérant a donc pris le temps, durant l’hiver, de jaser à ses joueurs. Certains tentaient de le comprendre, d’autres en avaient gros sur le coeur.

Évidemment, nous sommes rendus en 2024 et Schneider ne veut sans doute pas avoir le spectre de cette décision-là au-dessus de sa tête. Il voudra sans doute passer à autre chose.

Mais vous savez comme moi qu’à chaque décision douteuse, le fantôme des séries 2023 ne sera jamais bien loin.

  • On aime ou pas?
  • Pardon?
  • La rotation des Blue Jays devra avoir de la profondeur.
  • Eduardo Escobar ne l’a pas, depuis le début du camp.
  • Jarren Duran est correct, dit son gérant.
Tags:

Blue Jays de Toronto, John Schneider, José Berrios

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey