Craig Counsell à Chicago : David Ross devient une cible intéressante

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 6 novembre 2023 à 17h20

On savait que le dossier Craig Counsell allait prendre de la place. Ceci dit, je ne crois pas que personne croyait qu’il allait être nommé gérant des Cubs.

Ça se jouait (publiquement) entre New York et Milwaukee, mais depuis un bout, je ne croyais pas aux Brewers. Sinon, pourquoi lui avoir donné la permission de jaser aux Mets et aux Guardians en octobre?

Pendant ce temps-là, les Cubs ont fait les choses autrement. Ils ont attendu l’échéance de son contrat le 1er novembre avant de lui jaser et, ultimement, de lui déposer un pont d’or.

Parce que oui, à 40 M$ sur cinq ans, il est plus que bien payé. À huit millions de dollars par année, il rejoint Joe Torre, qui a signé un contrat du genre il y a un bout.

Sans Counsell, le gérant le mieux payé de la MLB était dans les quatre millions de dollars. C’est très peu pour tout ce qu’ils font dans une année, comparé aux joueurs.

Les Brewers, qui voulaient tout faire pour le garder, avaient une offre pour faire de lui le gérant le mieux payé de la MLB, mais elle était loin de celle des Cubs. Et ça ne fait pas le bonheur des gens des Brewers.

Counsell a donc choisi de quitter pour un rival de division au nom de la cause des gérants… mais aussi pour devenir riche.

Parce que non, ce qu’il a gagné comme joueur ne se compare pas à ce qu’il va faire comme gérant dans les cinq prochaines années. Mais surtout, ça ne se compare pas aux gars de football ou de basket…

Ce n’est pas parce que Counsell sera mieux payé que chacun des joueurs des A’s qu’il ne fallait pas ajuster le problème du salaire des gérants.

Et Counsell, en faisant un peu comme Mike Babcock dans la LNH en 2015, espère que ça se terminera mieux pour lui à Chicago que pour l’ancien entraîneur des Maple Leafs – et des Blue Jackets.

Tout ça pour dire que cela a complété une journée chargée pour les gérants.

Après tout, si seulement les Giants avaient trouvé un nouveau gérant pour 2024 avant aujourd’hui, ce n’est maintenant plus le cas puisque les Cubs, les Guardians et les Mets ont bougé.

Par la force des choses, à jamais, Carlos Mendoza sera comparé à Counsell.

Il reste donc quatre postes à combler dans la MLB (Anaheim, Houston, Milwaukee et San Diego) et on doit se demander, à ce point-ci, si David Ross ne sera pas un candidat de choix.

Après tout, selon ce qu’on raconte, les Cubs n’avaient pas l’intention de congédier Ross jusqu’au moment où Counsell est devenu disponible.

Sans cela, Ross serait encore en poste.

On peut donc penser que les Angels, les Astros, les Brewers et les Padres doivent mettre leur processus sur pause pour parler à David Ross.

Je trouverais hilarant de le voir à Milwaukee…

Mais bon. Pour le moment, il s’est fait voler sa job par Counsell et j’imagine qu’il doit commencer par encaisser le choc de la nouvelle.

S’il ne trouve pas de boulot comme gérant, pourrait-il rebondir comme entraîneur de banc en attendant? Dans les médias? À voir.

10e manche
  • La blague du jour : les Cubs auraient dû garder David Ross et nommer Craig Counsell comme président des opérations du gérant.
  • Agents libres : que feront les Blue Jays?
  • Luis Rojas comme entraîneur de banc des Yankees?
  • Adam Ottavino devient agent libre.
  • Charlie Morton reste à Atlanta.
Tags:

Craig Counsell, Cubs de Chicago, David Ross

Articles similaires

Félix Forget

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois