Chaim Bloom : Trevor Story place une partie du blâme sur les joueurs

Actualité

Félix Forget

Publié le 15 septembre 2023 à 14h00

Hier, les Red Sox ont surpris bien des gens en annonçant le congédiement de Chaim Bloom, qui était à la barre du club depuis quatre ans. Le club ne connaissait pas une grande saison, certes, mais le timing était particlier.

C’est un peu étrange de l’avoir congédié à une quinzaine de jours de la fin de saison, quoique c’est dans les habitudes de la maison.

Et pourtant, quand on regarde la feuille de route de Bloom à Boston, on remarque qu’il a accompli ce qui était attendu de lui : il a trouvé le moyen de réduire la masse salariale du club et de regarnir la pépinière d’espoirs, et ce, en évitant de connaître plusieurs horribles saisons de suite.

Mais au final, les départs de Mookie Betts et de Xander Bogaerts auront marqué son passage en ville. Au final, ne pas les conserver était probablement une décision des propriétaires, mais Bloom écope malgré tout.

L’autre gros mouvement qui a marqué l’ère Bloom à Boston, c’est la signature de Trevor Story en tant que joueur autonome, alors que les Red Sox lui avaient offert 140 M$ sur six ans.

Et hier soir, Story a voulu défendre « celui qui l’a incité à signer à Boston » en disant qu’une partie du blâme pour le congédiement de Bloom revient également aux joueurs, qui n’ont pas livré sur le terrain.

Et dans les faits, Story a raison : les Red Sox n’ont pas toujours eu un gros club, mais il y a beaucoup de joueurs au sein de la formation qui ont sous-performé récemment. Et Story est le premier du lot.

Désormais, ceci dit, il faut commencer à penser à l’avenir chez les Red Sox. Alex Cora, qui avait affirmé par le passé qu’il aimerait devenir un DG un jour, ne semble pas intéressé à succéder à Bloom.

Il est demeuré prudent quand il a parlé de son avenir comme gérant du club. Il n’a rien confirmé, disons.

Et dans les faits, il est difficile de blâmer Cora, tout comme il est difficile de blâmer quelconque dirigeant qui aimerait mieux se tenir loin de Boston. Depuis une dizaine d’années, les directeurs généraux du club sont sur un siège éjectable, même si la plupart d’entre eux ont fait ce qui était attendu de leur part.

Ben Cherington et Dave Dombrowski ont gagné la Série mondiale, tandis que Bloom a priorisé l’avenir du club. Et même si tout ça a bien été fait, ils ont tous été congédiés après moins de quatre ans en poste.

On sait également que Theo Epstein n’est pas en considération pour un retour à Boston. James Click fait probablement partie des noms qui seront considérés, et il y en aura d’autres, mais on peut comprendre pourquoi un tel poste pourrait faire peur à un dirigeant.

Ceci dit, les Red Sox sont en assez bonne santé tant au niveau financier qu’au niveau de la banque d’espoirs actuellement. Le prochain boss aura de belles ressources sur la main pour profiter du travail de Bloom, et ce sera encore plus le cas si John Henry (le propriétaire) permet à son homme de dépenser de l’argent.

Et si son successeur devait mener les Red Sox à la terre promise, Bloom pourra se dire mission accomplie, et ce, même s’il n’a pas eu l’occasion de finir le travail. Il est reconnaissant pour l’occasion dont il a pu profiter et il souhaite du bonheur à l’organisation et à ses partisans.

On verra donc ce que les prochains mois réservent aux Red Sox, mais avec une saison morte aussi importante en vue, il faudra trouver un dirigeant rapidement.

À suivre, donc.

Tags:

Alex Cora, Chaim Bloom, Red Sox de Boston, Trevor Story

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois