Blake Snell veut rester à San Diego

Actualité

Maxime Trudeau

Publié le 4 septembre 2023 à 18h00

Un joueur dont on ne parle pas assez cette saison, est le lanceur des Padres de San Diego, Blake Snell. En effet, bien que son club ne fera probablement pas les séries en 2023, l’Américain de 30 ans connaît une campagne digne d’un futur lauréat du trophée Cy Young. La compétition sera féroce à cet effet entre Spencer Strider des Braves et lui, au moment de voter pour le gagnant. Le mois de septembre sera déterminant pour les deux hommes.

Snell en est à sa dernière année de contrat. Lors d’un entretien au USA Today, il a affirmé vouloir rester à San Diego, même s’il aura droit à l’autonomie dans les prochains mois. Bien que les négociations de contrats n’aient pas encore commencé, il y a fort à parier que le dossier Blake Snell sera sur le haut de la pile des priorités du directeur général des Padres cet entre-saison.

Le meilleur lanceur disponible sur le marché

Avant la blessure de Shohei Ohtani, ce dernier était indéniablement le lanceur numéro 1 sur le marché des agents libres. Depuis ses enjeux au bras, nul ne sait trop ce qu’il en sera de son outil de travail, peut-être même Ohtani lui-même.

De ce fait, Snell devient le gros nom du côté des artilleurs pour les 30 équipes des Majeures. Après tout, s’il remporte le Cy Young cette année, il s’agira d’un deuxième sacre pour lui, après celui de 2018 alors qu’il arborait les couleurs des Rays De Tampa Bay. Des lanceurs de 30 ans avec deux titres du trophée Cy Young, ça ne court pas les rues!

L’actualité du jour est même venu ajouter à l’argumentaire. Tel que rapporté antérieurement par mon collègue Charles-Alexis Brisebois, le lanceur des Dodgers de Los Angeles, Julio Urias, a été arrêté et accusé de violence conjugale. Il s’agit d’une deuxième infraction du genre pour lui, après des incidents survenus en 2019. Tout comme Snell, Urias devient agent libre à la fin de la saison. Ce dernier a eu droit à une deuxième chance et il ne l’a, tristement, pas saisie. Est-ce qu’une équipe sera encline à lui accorder une troisième chance, après de lourdes accusations de la sorte? Poser la question, c’est y répondre!

Pour en revenir à Snell, il pourra utiliser tous ces arguments de vente au moment des négociations de contrat. S’il veut sincèrement demeurer en Californie, il sera payé à sa juste valeur. Après tout, on peut le comprendre de vouloir rester là-bas. Le club possède de bons joueurs, est compétitif sur le terrain et il y a bien pire pour jouer au baseball que le marché de San Diego.

Tags:

Blake Snell, Padres de San Diego

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Pascal Harvey