Transaction au Texas : Max Scherzer avait le sentiment d’abandonner ses coéquipiers

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 8 février 2024 à 16h30

Au cours de sa carrière, Max Scherzer a été échangé trois fois. La première, c’est quand les DBacks l’ont envoyé aux Tigers. Il était jeune et il n’y pouvait rien.

La deuxième? En 2021, quand les Nationals l’ont échangé à Los Angeles. Il avait tout donné aux Nats et le club en reconstruction envoyait son joueur de location sous d’autres cieux. #Normal

Mais en 2023, quand les Mets l’ont échangé aux Rangers à un an et demi de la fin de son contrat? Ça, c’est une autre histoire.

Après tout, quand il a signé son gros contrat de 130 M$ sur trois ans (43.3 M$ par année) avec les Mets, c’était pour gagner. Steve Cohen a construit un beau club autour de lui.

Mais en 2023, rien n’a fonctionné. Le club a choisi de changer de direction et de reconstruire un brin en raison des insuccès du club. Et une des raisons des insuccès, c’est la façon dont MadMax a lancé.

Le lanceur sait très bien que s’il avait mieux fait, peut-être que les Mets auraient pu se rendre plus loin. New York est forcément un constat d’échec à ses yeux.

Et ça, il le sait. La transaction vers le Texas a été la preuve que le plan n’a pas fonctionné.

Buck Showalter, au podcast Foul Territory, a par ailleurs mentionné que quand Scherzer hésitait à accepter la transaction avec les Rangers, c’est en raison du fait qu’il avait le sentiment d’abandonner les gars à NY.

Je me demande si Justin Verlander se sentait comme ça, lui aussi.

Évidemment, on a rapidement compris que Scherzer a bien fait de lever sa clause de non-échange, lui qui a gagné une deuxième bague de la Série mondiale au Texas.

Mais quand même : je comprends qu’il ressente un sentiment du devoir non-accompli chez les Mets. Après tout, c’est légitime.

Rappelons que le lanceur va rater la première portion du calendrier 2024 en raison d’une blessure. Après, il aura sûrement faim pour prouver qu’il peut redevenir un excellent lanceur.

Il ne veut certainement pas mal lancer pendant les trois années de son entente, après tout. Il a son orgueil dans tout ça.

Et c’est bien normal.

Tags:

Buck Showalter, Max Scherzer, Mets de New York, Rangers du Texas

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Pascal Harvey

Sébastien Berrouard