Russell Martin n’a toujours pas oublié les hauts de 2015 avec les Blue Jays

Actualité

Félix Forget

Publié le 31 mai 2022 à 18h01

Dans les derniers jours, le nom de Russell Martin est revenu un brin dans l’actualité alors que l’ancien receveur des Majeures a annoncé sa retraite à la fin de la dernière semaine. L’un des meilleurs joueurs québécois à avoir jamais joué dans la MLB, Martin accroche donc ses crampons après une magnifique carrière de 14 ans de laquelle il peut être très fier.

Même s’il a passé une bonne de sa carrière avec les Dodgers en plus d’enfiler les couleurs des Pirates et des Yankees, difficile de ne pas se souvenir de ses années dans l’uniforme des Blue Jays quand on repense aux grands moments de sa carrière.

Et Martin ne s’en cache pas : il n’a toujours pas oublié son passage à Toronto, mais surtout, l’année 2015 évoque encore des moments assez magiques dans son esprit.

2015, c’est l’année où les Jays ont effectué leur retour en séries après plus de deux décennies sans y avoir pris part. 2015, c’est l’année où Josh Donaldson, Jose Bautista et Edwin Encarnacion faisaient peur à bien des lanceurs dans le show. 2015, c’est l’année du fameux bat flip de Bautista en séries face aux Rangers.

Mais 2015, c’est aussi l’année où l’engouement pour la balle est revenu non seulement à Toronto, mais partout au Canada, alors qu’une réelle marée « bleue » déferlait sur le pays.

Et cette vague d’intérêt pour le sport, Martin et les Jays l’ont ressentie et ils ont été grandement impressionnés par l’ampleur de celle-ci :

Je me souviens d’avoir vu un grand nombre de chandails et de casquettes des Jays. Peu importe où tu allais cet été-là, tout le monde était vêtu à l’effigie des Jays. Ce n’était pas juste à Toronto, c’était partout au Canada. Dès que tu portes l’uniforme de l’équipe, tu réalises que ce n’est pas qu’une ville qui est derrière toi, mais bien un pays en entier.

Russell Martin, au sujet de la saison 2015

Évidemment, Martin se souvient du parcours en séries et, sans surprise, de son fameux relais au lanceur qui a frappé le bâton de Shin-Soo Choo, permettant à Rougned Odor de marquer et de redonner l’avance aux Rangers.

Martin avoue qu’il était terrifié sur le coup et qu’il redoutait d’avoir coûté la série à son équipe. Après tout, il s’agissait d’un moment crucial dans la série et on parle d’une situation qui ne lui était jamais arrivée (et qui, sincèrement, est assez particulière).

Or, comme on le sait aujourd’hui, l’impact de ce fameux jeu n’aura pas été bien grand sur le dénouement de la série, alors qu’une demi-manche plus tard, l’encore plus fameux circuit de Bautista (et le bat-flip subséquent) a marqué l’imaginaire et a permis aux Jays de remporter ce fameux match.

Martin est encore très reconnaissant envers Bautista de l’avoir sauvé un brin à ce moment, d’ailleurs.

Également questionné sur un potentiel poste de gérant dans le baseball professionnel, voici ce que Martin avait à dire :

À l’heure actuelle, je ne pense pas que je m’en vais dans cette direction. Dans quelques années, par contre, qui sait? Présentement, je suis assez occupé en étant père à la maison. J’aime avoir l’opportunité de passer beaucoup de temps avec mes enfants et je sais qu’en étant gérant, tu passes plus de temps sur le terrain qu’en étant joueur.

Mais sans la pandémie, ça aurait probablement été la suite logique étant donné que je n’aurais pas commencé à jouer au golf. Mon instinct compétitif passe désormais beaucoup via ce sport.

Russell Martin, au sujet d’un potentiel poste de gérant

Bref, des propos fort intéressants du nouveau retraité, et on lui souhaite de profiter pleinement de son après-carrière. Et, qui sait, peut-être qu’on le reverra comme gérant dans quelques années…

Tags:

Blue Jays de Toronto, Russell Martin

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois