Matt Chapman s’entend avec les Giants

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 2 mars 2024 à 7h57

Plus le temps passe et plus Scott Boras doit marcher sur ses principes pour trouver un endroit pour faire jouer ses clients. Après tout, les options sont de plus en plus limitées.

Il a notamment fait signer à Cody Bellinger un contrat de trois ans à 80 M$, mais comprenant deux options de sortie.

En gros, cela veut dire ceci : je vais tester le marché l’an prochain à nouveau… à moins d’avoir une vilaine saison. Dans un tel cas, j’ai un coussin avec les années de plus.

C’est ce que Carlos Correa avait signé au Minnesota la première fois… et c’est ce que le joueur de troisième but Matt Chapman vient de signer avec les Giants de San Francisco, qui ont, mine de rien un hiver potable sous la ceinture.

On parle d’un contrat de trois ans évalué à 54 M$. C’est une moyenne de 18 M$ par saison.

Il a droit à deux options de sortie, faisant en sorte qu’il sera agent libre n’importe quand d’ici trois ans. Il gagnera 20 M$ cette saison, 18 M$ en 2025 et 16 M$ en 2026 – s’il reste jusqu’en 2025 et 2026, évidemment.

Il faut savoir que les Giants étaient sa destination logique en vue de la saison 2024. Pourquoi?

Parce que le club se cherche des bons joueurs. Parce que le gars vient de la Californie. Parce qu’il est devenu une vedette à Oakland. Parce que Bob Melvin l’adore. Parce que Farhan Zaidi l’a aussi connu à Oakland.

Et à ce prix-là, c’est idéal. Il aidera beaucoup le jeune Marco Luciano, qui devrait être l’arrêt-court du club en 2024. Un peu comme il l’a fait à Toronto au cours des deux dernières années.

On ne sait pas jusqu’à quel point les Giants auraient signé Chapman quand même si ses demandes salariales n’avaient pas glissé, mais le voilà à San Francisco pour au moins un an.

Est-ce que les Blue Jays, qui lui ont offert un contrat d’au moins 100 M$ avant qu’il ne profite de son autonomie, ont tenté de le signer à 54 M$? Est-ce que le clan du joueur demandait plus aux Blue Jays qu’aux Giants? C’est possible, ça.

Notons que les Torontois vont recevoir un choix compensatoire – après la quatrième ronde – pour avoir perdu les services de Chapman, qui a reçu une offre qualificative au début de la saison morte. C’est un choix lointain puisque Toronto a payé la taxe de luxe en 2023.

L’an prochain, s’il devient agent libre, Chapman ne sera pas lié à une offre qualificative et il sera autonome en même temps qu’Alex Bregman, un autre client de Scott Boras qui évolue à la même position que lui.

Il aura aussi à composer avec le fait que Boras aura un gros hiver. Juan Soto et Pete Alonso (et possiblement Cody Bellinger et d’autres gars qui signeront finalement à court terme cet hiver) seront aussi sur le marché de l’autonomie en même temps que lui.

Boras sera occupé.

Je ne sais pas si les Giants vont aussi signer Blake Snell pour épauler Logan Webb, mais le meilleur lanceur des Giants sera sans doute heureux d’apprendre que ses roulants au troisième but seront entre bonnes mains. Et comme lanceur de sinker, il en a pas mal.

Rappelons qu’il y a quatre ans, Chapman a refusé un contrat de 10 ans et 150 M$ de la part des A’s. Il a fait 32 M$ en quatre ans avant l’autonomie et il visait donc (au moins) 118 M$ sur six ans, soit moins de 20 M$ par année. Et en 2024, il gagnera 20 M$ par année.

Il aura donc gagné 52 M$ sur cinq ans. Il visera sans doute au moins 98 M$ sur cinq ans l’hiver prochain. Donc en d’autres mots, une entente dans les neuf chiffres.

Est-ce que ce sera avec les Giants? Il est trop tôt pour le dire.

Là, il devra rester en santé en 2024 et offrir de bons chiffres. Bob Melvin aura besoin d’un Chapman en santé s’il veut espérer se battre pour les séries en 2024, n’est-ce pas?

Tags:

Blue Jays de Toronto, Giants de San Francisco, Matt Chapman, Scott Boras

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois