John Schneider n’est pas inquiet pour l’attaque des Jays

Actualité, Blue Jays

Sébastien Berrouard

Publié le 3 avril 2024 à 12h30

Après avoir subi un match sans point ni coup sûr lundi aux mains d’un lanceur qui en était à son huitième départ dans le baseball majeur, Ronel Blanco, les frappeurs des Blue Jays de Toronto sont passés à un retrait d’être blanchis par ces mêmes Astros de Houston hier.

On remercie Josh Hader et sa ronflante moyenne de points mérités de 6,75 (sans parler de son excellent WHIP de 1,500) au passage.

Tout cela contre une équipe qui entamait la série contre les Torontois toujours sans victoire en 2024 après une série au cours de laquelle ils ont été balayés par les Yankees de New York.

Si pour les partisans des Geais Bleus, tout cela ravive les souvenirs douloureux de la saison dernière, alors que la supposée attaque dévastatrice avait pris une une année sabbatique, le gérant John Schneider n’est pas inquiet, lui.

Donnez du crédit à Blanco, c’est vraiment difficile à faire. Je pense que nous allons bien avec ce que nous espérons être en ce qui concerne ce que l’offensive est censée faire. Ce soir (lundi), c’est juste l’une de ces soirées. Vous donnez du crédit à un gars qui fait quelque chose de très, très difficile à accomplir. Et une défaite, c’est toujours une défaite.

Est-ce vraiment surprenant venant de la bouche de celui qui ne semble jamais inquiet de quoi que ce soit et qui ne critique jamais ses ouailles? Non.

Même combat que Don Mattingly, qui clame haut et fort que les cogneurs de la métropole canadienne ont changé leur approche au bâton pour la présente campagne. Oui oui, on voit clairement les résultats…

D’accord, le crédit revient à Blanco. Mais là n’est pas la question. L’attaque des Jays est anémique depuis l’arrivée de Schneider et ce n’est pas en se mettant la tête dans le sable que les choses vont changer.

L’élan victorieux de Schneider dans le match d’hier ne fait que cacher la forêt.

Comme je l’ai mentionné au podcast de La Triple Menace, le skipper ne se rendra pas au Match des étoiles et il n’aura que lui à blâmer.

Tags:

Blue Jays de Toronto, John Schneider

Articles similaires

Félix Forget

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois