Bruce Bochy est le nouveau « monsieur octobre »

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 11 octobre 2023 à 10h28

À sa première saison avec les Rangers du Texas, le gérant Bruce Bochy vient de guider son équipe en Série de championnat de la Ligue américaine.

Mais ce n’est rien de nouveau pour le skipper, lui qui est devenu le septième gérant de l’histoire de la MLB à se rendre en demi-finale avec trois franchises différentes. Aucun d’entre eux n’a cependant remporté la Série de championnat dans trois équipes différentes, mais parions que Bochy brisera cette tendance.

On peut maintenant l’appeler le nouveau « monsieur octobre ».

L’habileté la plus célèbre de Bochy en séries éliminatoires est sa capacité de naviguer pendant trois ou quatre manches d’un releveur à un autre en appuyant toujours, ou presque, sur les bons boutons. Et cela est encore plus important cet automne, alors qu’il a sous la main l’un des pires enclos de relève de tout le baseball majeur.

Même si cela peut sembler paradoxal, il est rafraichissant de voir un vétéran skipper mettre dans sa petite poche d’en arrière les gérants adverses et leurs hordes de petits génies des statistiques avancées qui n’ont jamais mis le pied sur un terrain de balle. On salue John Schneider au passage.

Bochy, lui, gère avec ce qu’il voit, sa tête, son feeling, son expérience. Il gère un match de baseball comme s’il y avait de vrais êtres humains sur le terrain et pas seulement une collection de chiffres qui vont dicter le résultat final.

Certes, il ne met pas complètement de côté les statistiques avancées, il les apprécie et les utilise. Mais il fait confiance à son instinct, son instinct de baseball.

L’homme de 68 ans sait que ses joueurs ne sont pas des ordinateurs, mais plutôt des hommes, et il fait tout pour que ses gars apprécient et s’épanouissent d’être traités comme tels.

Tout cela mis ensemble fait que monsieur octobre risque une fois de plus d’amener son équipe en Série mondiale.

Tags:

Bruce Bochy, Rangers du Texas

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard