Anthony Rendon : Le baseball n’est pas la priorité dans ma vie

Actualité

Maxime Trudeau

Publié le 19 février 2024 à 18h30

J’essaie de comprendre, mais je ne comprends pas!

En effet, je ne comprends pas comment un joueur de baseball peut être fier d’affirmer en entrevue que pour lui, le baseball n’est pas sa priorité. De réitérer en clamant qu’il s’agit tout simplement d’un travail.

À mon sens, c’est une insulte envers ses patrons, ses coéquipiers et surtout les partisans, eux qui, contrairement à lui, ont le baseball à cœur et que leur équipe favorite est une priorité dans leur vie!

C’est un manque de doigté, de classe et de professionnalisme.

Le cas Anthony Rendon

C’est nul autre que le déjà controversé joueur de troisième but des Angels de Los Angeles, Anthony Rendon, qui a fait cette déclaration.

Pour se justifier, l’athlète de 33 ans a affirmé que ses priorités dans la vie étaient sa famille et sa foi et que le baseball n’était qu’un travail pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille.

Dans la vie, on ne peut pas être contre la vertu. Il est normal que la famille soit une priorité. Elle vient avant tout. Il a aussi le droit d’avoir la foi, tant mieux pour lui.

Par contre, je pense qu’il y aurait moyen d’avoir plus qu’une ou deux priorités dans la vie. Si sa famille est une priorité, son travail pour y subvenir à ses besoins devrait être prioritaire alors!

Le problème là-dedans, contrairement à la grande majorité du commun des mortels, c’est que Rendon ne craint pas pour sa sécurité d’emploi. Il ne craint, non plus, la fin du mois. L’inflation, l’augmentation des taux d’intérêts, le coût du panier d’épicerie, le prix du litre d’essence, il n’a que faire de tout cela. Rendon s’assoit sur son contrat de sept ans et 245 millions de dollars. Il rit à la barbe du citoyen ordinaire comme vous et moi, car son talent naturel dans la vie lui vaut 35 millions de dollars annuellement, et ce, qu’il travaille ou non!

Il n’aime pas son travail et travaille pour le chèque de paie seulement

Depuis qu’il a signé son gros contrat il y a déjà quatre ans, Anthony Michael Rendon, de son nom complet, n’a disputé que 200 rencontres sur une possibilités de 546. J’ai fait le calcul pour vous, c’est un taux de participation de 36,63 %. Comme il n’aime pas son travail, cela le rend vraiment heureux.

Je vais spéculer ici, mais je vais vous expliquer ce qui se passe fort probablement dans son cas :

Comme Rendon n’aime pas le baseball, il ne prend pas son entraînement au sérieux. Comme il ne prend pas son entraînement au sérieux, il se blesse. Comme il n’aime pas son travail, il ne prend pas sa réhabilitation au sérieux. Comme il ne prend pas sa réhabilitation au sérieux, il ne joue pas et comme il n’aime pas le baseball, cela le rend heureux.

Pour citer Eugène Ionesco dans La cantatrice chauve : Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux. C’est exactement ce que fait Rendon.

En passant, ce n’est pas moi qui invente que notre cher Rendon n’aime pas le baseball. Je n’invente pas non plus qu’il est foncièrement un être humain atroce. L’équipe de Passion MLB a déjà traité du sujet à maintes reprises.

Comme ici, où il a affirmé qu’une saison de baseball c’est beaucoup trop long et qu’il devrait y avoir moins de matchs. À la suite de cette affirmation, son ancien coéquipier, Jonathan Papelbon, un autre moyen numéro, a confirmé que Rendon détestait le baseball. J’ai tendance à croire Papelbon, malgré ses défauts.

Imaginez le pauvre Mike Trout, qui veut absolument gagner avec les Angels et qui est pogné avec un gars comme ça comme coéquipier dans sa quête de victoire…

Ou ici, où l’on vous apprenait qu’il s’en était pris physiquement à un partisan.

Ou bien ici, où il était arrogant avec les journalistes qui ne font que leur travail, soit celui d’être le lien entre les fans qui, eux, aiment le baseball et l’équipe.

Bref, Anthony Rendon est une véritable disgrâce. Je lui suggère fortement d’aller travailler une journée dans une shop, dans une école ou un hôpital pour qu’il voit à quel point il est chanceux de joueur au baseball. Car oui oui, son travail est un jeu, après tout!

  • L’ancien des Royals est maintenant maire de sa ville.
  • Danny Jansen est important à Toronto.
Tags:

Angels de Los Angeles, Anthony Rendon

Articles similaires

Pierre-Olivier Poulin

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois