Aaron Judge réécrit l’histoire à sa façon

Actualité

Pascal Harvey

Publié le 2 septembre 2023 à 10h00

En frappant son 250e coup de circuit à son 810e match en carrière, Aaron Judge devient le nouveau détenteur du record du joueur ayant atteint ce plateau de puissance le plus rapidement.

Le voltigeur ders Yankees détrône ainsi Ryan Howard, qui avait réussi l’exploit en 855 parties.

Les Yankees l’ont emporté par le pointage de 6-2 sur les Astros, à Houston.

Chaque événement positif est le bienvenue en ce moment à New York afin de palier à une saison misérable de la part des Yankees.

Judge n’a pu se faire valoir à son plein potentiel cette saison, ayant manqué du temps de jeu important en raison d’une blessure à un pied.

Justin Verlander, le partant des Astros, a été victime de la 30e longue balle de la saison de Judge en cinquième manche. Verlander a connu une mauvaise journée au bureau en permettant quatre coups de circuit aux visiteurs new-yorkais.

Le vétéran droitier a subi la défaite. Il a accordé six points aux Yankees en six manches de travail.

Rappelé la veille par son équipe, la jeune sensation Jasson Dominguez a imité son grand frère Judge en frappant son premier coup de circuit en carrière à sa première présence au bâton, une claque bonne pour deux points. Le voltigeur de centre pourra faire ses premiers pas dans les Majeures sans trop de pression considérant le positionnement actuel des Yankees au classement.

Frapper son premier circuit face à un futur membre du Temple de la renommée, ce n’est pas rien.

DJ LeMahieu et Giancarlo Stanton ont aussi victimisé le partant des Astros en sortant la balle des limites du terrain.

Les Yankees occupent le dernier rang dans l’Est de l’Américaine. Leur victoire d’hier a tout de même déstabilisé les Astros, qui luttent pour conserver une place en séries.

Carlos Rodon a été crédité du gain pour les visiteurs.

Tags:

Aaron Judge, Astros de Houston, Jasson Dominguez, Justin Verlander, MLB, Yankees de New York

Articles similaires

Sébastien Berrouard

Félix Forget

Pascal Harvey