Anthony Rizzo voit des similitudes entre les Yankees de 2022 et les Cubs de 2016

Actualité

Félix Forget

Publié le 13 juin 2022 à 16h00

Je vais être franc avec vous : j’ai l’impression qu’on ne parle pas assez du début de saison des Yankees de New York. Certes, on parle beaucoup des Yankees et tout le monde sait qu’ils ont un bon début de saison, mais une fiche de 44-16 après 60 matchs, c’est du très solide.

Pour vous donner une idée, en 2020, les Dodgers avaient terminé la saison avec une fiche de 43-17, et on parlait alors d’un rythme historique. Les Yankees, cette saison, font encore mieux.

Parmi les morceaux importants du noyau dans le Bronx, il y a Anthony Rizzo, qui est arrivé à la date limite des transactions l’an dernier et qui a signé un pacte de deux ans pour demeurer dans le Bronx avant la présente saison.

En plus d’offrir des circuits et du bon jeu défensif, Rizzo amène du leadership important au groupe ainsi que de l’expérience en séries, lui qui a remporté la Série mondiale avec les Cubs en 2016. L’équipe qui a mis fin à la malédiction du Billy Goat et, sur le terrain, l’une des meilleures équipes de l’histoire récente.

Et Rizzo, qui a évolué à la fois pour ces Cubs ainsi que pour les Yankees de 2022, remarque une chose depuis quelques semaines : il y a des similitudes assez marquantes entre les deux équipes.

Pour illustrer ce qu’il veut dire, Rizzo est notamment revenu sur le match de jeudi dernier, alors que les Yankees affrontaient les Twins au Minnesota. Une rencontre qui avait bien mal débutée pour les Bombardiers du Bronx alors que Gerrit Cole, l’as lanceur, avait accordé sept points en 2,1 manches de travail.

Or, plutôt que de voir les Yankees s’écraser, on les a plutôt vu se lever et inscrire sept points sans réplique pour remporter le match par la marque de 10-7. Après la rencontre, Joey Gallo avait affirmé que les gars savaient qu’ils allaient remonter le déficit, et c’est exactement ce qu’ils ont fait.

Rizzo a tenu des propos similaires, affirmant que l’équipe s’est donné « le regard » et qu’ils n’ont jamais perdu confiance. Ça a notamment rappelé à Rizzo un mauvais départ de John Lackey en 2016 que les Cubs avaient réussi à compenser grâce à une explosion offensive dans les manches suivantes.

Ce qu’on sent, c’est que les deux groupes sont teintés d’un sentiment d’invincibilité qui découle d’une énorme confiance. Dans les deux cas, les équipes savent qu’elles sont bonnes et elles ont connu le succès qui leur permettent de se le confirmer.

Et même dans la construction, il y a des similitudes. Les deux équipes misaient (ou misent, dans le cas des Yankees de 2022) sur une rotation solide comme le roc, un frappeur qui est au plus fort de la course pour le MVP (Kris Bryant à Chicago, Aaron Judge à New York), un alignement complet tant offensivement que défensivement, un enclos de releveurs dominant et, surtout, des grosses figures de leadership.

L’histoire ne dit pas (encore) si les Yankees de 2022 sauront imiter les Cubs de 2016 en gagnant la Série mondiale, mais une chose est sûre : les éléments sont là pour que les Yankees remportent un 28e titre cette année. Le talent y est depuis quelques années, mais la mentalité de gagnant est enfin arrivée en 2022, et difficile de voir une équipe les freiner actuellement.

Et pour expliquer ce changement, il faut assurément tenir compte de l’impact d’un gars comme Anthony Rizzo.

Tags:

Anthony Rizzo, Cubs de Chicago, Yankees de New York

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Sébastien Berrouard