Paul Skenes : les comparaisons avec Stephen Strasburg tiennent la route

Actualité

Charles-Alexis Brisebois

Publié le 11 mai 2024 à 12h30

Ça y est : c’est à 16h 05 cet après-midi que Paul Skenes lancera dans les Majeures pour la première fois.

C’est un grand moment pour le baseball majeur et le but sera d’avoir le plus de gens possible qui regarderont le match. MLB TV l’offrira gratuitement et le match sera aussi à MLB Network.

Ce qui est bien, c’est qu’il y a de nombreux angles pour parler de la joute. On peut le voir comme un grand moment pour les Pirates afin de passer au prochain niveau. On peut le voir comme le début d’un trio de feu à Pittsburgh, avec Jared Jones et Mitch Keller.

On peut aussi le voir d’un point de vue plus « potin » puisque même la MLB semble vouloir reprendre le format « Travis Kelce / Taylor Swift » en mettant de l’emphase sur sa copine, Olivia Dunne, plus souvent qu’autrement. Elle est connue aux États-Unis.

Mon angle préféré? Le comparer à Stephen Strasburg. Bien des gens disent que Skenes, qui semble être un gars réservé et gêné devant les caméras, se compare à Strasburg. Gerrit Cole, un ancien des Pirates, est aussi un nom cité.

Et quand on regarde le parcours de l’espoir des Pirates et de l’ancien des Nationals, qui a annoncé sa retraite récemment en raison de ses problèmes de santé, on voit que les comparaisons tiennent la route.

Les deux sont des premiers choix au total et ont fait leurs débuts dans les Majeures moins d’un an après avoir été repêché. Les deux ont été parmi les trois meilleurs espoirs du baseball majeur. Les deux sont grands et viennent de la Californie. Les deux avaient 21 ans à leur arrivée dans la MLB.

Mais les stats sont aussi similaires. 11 matchs en bas pour Strasburg contre 12 pour Skenes, qui a moins lancé de manches (55.1 contre 34) parce que les Pirates le retenaient plus rigoureusement.

Les deux avaient une moyenne sous les 2.00 dans la MiLB, un WHIP sous la barre du 1.00 et au moins 55 retraits sur des prises. Dans les deux cas, ils étaient intouchables : les adversaires frappaient pour .158 contre l’espoir des Nats et .179 contre celui des Bucs.

Je ne m’attends pas à ce que Skenes obtienne 14 retraits au bâton comme Stras en 2010, mais je m’attends à ce qu’il touche les 100 milles à l’heure plusieurs fois, ce que le joueur des Nationals n’a pas fait le 8 juin 2010.

La barre est haute, en tout cas.

Évidemment, il est trop tôt pour se projeter 14 ans dans le futur, mais les Pirates doivent espérer que comme Strasburg, Skenes passe sa carrière avec l’équipe qui l’a repêché (Bob Nutting devra sortir son chéquier, pour ça…) et qu’il soit, un jour, le MVP de la Série mondiale.

Ils doivent aussi cependant espérer qu’il saura rester en santé et qu’il ne signera pas un énorme contrat sans pouvoir jouer, ce qui ne sera pas forcément simple à faire s’il continue de lancer plus souvent qu’autrement à 100 milles à l’heure et plus.

Le défi de Skenes aujourd’hui? Profiter du moment, lancer à la hauteur de son talent et limiter les distractions. Et s’il le fait, ce sera le début d’une carrière qui pourrait marquer l’imaginaire.

Tags:

Paul Skenes, Pirates de Pittsburgh, Stephen Strasburg

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Laisser un commentaire