Les statistiques des « Negro Leagues » seront incorporées au livre des records de la MLB

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 29 mai 2024 à 10h30

Présentement, quand on regarde dans le livre des records du baseball majeur, on peut y voir le nom de Nap Lajoie qui apparait à côté du record pour la moyenne au bâton la plus élevée en une seule saison pour les joueurs depuis 1900, fort de sa moyenne au bâton de ,426 en 1901.

Mais ce n’est plus le cas. Non, c’est plutôt Josh Gibson, qui a frappé pour une moyenne au bâton de ,446 pour les Grays de Homestead Grays en 1943, qui a le record en sa possession.

Gibson détient également le record de la moyenne au bâton en carrière (,372) contrairement à ce que des générations de fans ont appris à croire, soit que le champion à ce chapitre était Ty Cobb, qui a frappé en carrière pour une moyenne au bâton de ,366.

C’est que la MLB a confirmé hier soir (mardi) que les statistiques des Negro Leagues feront officiellement partie du livre des records à partir d’aujourd’hui (mercredi) dès 10 h 30. Cette décision ouvrira la porte à 2 300 nouveaux joueurs qui verront leurs réalisations être reconnues dans la base de données officielle de la ligue.

Déjà il y a trois ans, le commissaire Robert Manfred avait corrigé un oubli de longue date dans l’histoire du sport en élevant officiellement les Negro Leagues au statut de Ligue majeure.

L’annonce d’hier est un autre grand pas dans la bonne direction. Cela signifie entre autres que de grands joueurs noirs comme Willie Mays peuvent être reconnus pour TOUTES leurs réalisations sur le terrain, et non pas seulement dans la MLB.

Le projet est en préparation depuis des années et il sera mis à jour au fur et à mesure que d’autres données seront disponibles. Les chercheurs continuent de se pencher sur des décennies de coupures de journaux, de microfilms et de récits anecdotiques pour enrichir les archives statistiques.

Avant que ceux qui sont reculés par le tonnerre (pour être poli) déchirent leurs chemises en public, mentionnant que des joueurs comme Gibson n’ont jamais eu à affronter les lanceurs américains, n’oublions pas que ni Lajoie, ni Cobb, ni Ted Williams et ni Babe Ruth n’ont jamais eu à affronter les plus grands lanceurs des Negro Leagues.

Rappelons également que des équipes entièrement blanches et entièrement noires se sont affrontées lors de matchs hors concours à cette époque, mais que les propriétaires embarrassés des équipes blanches ont mis fin aux matchs inter ligues, parce que leurs formations se faisaient démolir. Pauvres petits chats…

Tags:

Babe Ruth, John Gibson, Nap Lajoie, Negro Leagues, Ted Williams, Ty Cobb, Willie Mays

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Félix Forget

Laisser un commentaire