Un moment historique a lieu tout bonnement sous nos yeux

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 2 février 2018 à 14h00

Sans le savoir nécessairement, les amateurs de baseball, ainsi que le baseball majeur, sont en train de vivre un moment historique. À une douzaine de jours du rendez-vous entre les artilleurs et les receveurs, 120 joueurs sont toujours sur la liste d’autonomie. 120 joueurs. Nous sommes le 2 février et toute cette brochette n’a toujours pas de boulot en vue du prochain été.

Il faudrait un miracle

Croyez-vous aux miracles? Si 120 joueurs doivent parapher un accord quelque part dans le circuit d’ici l’ouverture du camp préparatoire des lanceurs et des catcheurs, ça prendra une dizaine de signatures par jour afin d’y arriver. Énorme, vous dites. Impossible, j’vous dis. Avec cette énorme patate chaude qui se promène entre la main droite et la main gauche de Rob Manfred, la négociation au sujet de l’horloge d’artillerie doit prendre la direction des oubliettes.

https://twitter.com/Ken_Rosenthal/status/959201703634657280

Soyons francs, l’Association des joueurs et Manfred se dirigent directement vers une collision spectaculaire. Un marché sur pause, où seulement un joueur s’est décroché un pacte de plus de trois ans. Lorenzo Cain demeure l’unique joueur à détenir un pacte de cinq. Tous les autres ont un contrat de trois ans ou moins. Un phénomène qui s’explique ainsi : les propriétaires ne sont plus chauds à l’idée d’offrir de monstrueux pactes sur plusieurs années à des trentenaires ou des joueurs qui s’en approchent.

En y repensant un instant, l’inaction de Ross Atkins ou de Dave Dombrowski est peut-être justifiable. Atkins a ajouté des pièces secondaires sur son échiquier, mais il n’a toujours pas ajouté un roi.

https://twitter.com/PitchTalks/status/959247471992979456

Une brochette intéressante toujours en attente

Jose Bautista, Jayson Werth, John Lackey, Jake Arrieta, Melky Cabrera, Matt Holliday, Todd Frazier, Carlos Gonzalez, Yu Darvish, J.D. Martinez, Mike Napoli et Lucas Dudas ont toute une chose en commun : ils sont dans la trentaine. Certains sont plus près de la quarantaine, ce qui les éloigne des radars de certaines organisations, mais d’autres amorcent cette tranche et ils visent la longue balle – un contrat à long terme.

Mike Moustakas et Eric Hosmer ont respectivement 29 et 28 ans, mais les deux « anciens » coéquipiers sont représentés par… Scott « Vorace » Boras, ce qui ralentit évidement le processus, même s’ils n’ont toujours pas 30 ans.

Au final, ce n’était pas le dossier Christian Yelich qui bloquait tout ça puisque rien ne bouge depuis que celui-ci est désormais un membre des Brasseurs. Atkins l’a bien résumé, le fait que ça stagne autant vient du fait que des joueurs vieillissants recherchent des contrats trop lucratifs et que les GM du circuit se sont calmés les hormones. Ils ne veulent plus jeter autant d’argent par la fenêtre. C’est aussi simple que ça.

Les agents libres devront fort probablement s’entraîner ensemble s’ils souhaitent maintenir leur forme de « match ».

Tags:

Articles similaires