Le temps passe vite, Derek. Il y a un an, jour pour jour, tu as malheureusement perdu ta bataille contre le cancer. Mais ça ne veut pas dire qu’on t’a oublié, au contraire. À ce jour, tu restes certainement l’une des figures les mieux vues et les plus appréciées du journalisme sportif au Québec.

Le jour où j’ai appris ton départ, je me souviens avoir été profondément attristé. De par ta gentillesse, ta générosité et ton ouverture, tu marquais assurément de manière positive les gens qui te croisaient sur leur chemin.

Chaque fois que tu prenais le micro du 98,5 et que tu invitais les amateurs de sport à te rejoindre sur les lignes ouvertes, on sentait ton véritable intérêt pour ce que ton interlocuteur venait te raconter.

Chez toi, on sentait une envie authentique de savoir comment les gens se portaient. Tu n’écoutais pas d’une oreille distraite, non. Tu échangeais avec le monde, tu lui parlais de tes expériences, tu le questionnais sur les siennes.

https://twitter.com/ExposFest/status/1475091873601572874

Derek Aucoin, tu es un homme dont l’impressionnante grandeur n’avait d’égal que la bonté du cœur.

« Si on ne peut pas s’entraider, si on ne peut pas s’impliquer, on ne sert pas à grand chose, puis moi je veux servir à quelque chose », avais-tu déclaré en 2018.

Je trouve que cette affirmation, que tu as lancée tout bonnement, simplement, naturellement, veut en dire long sur la personne que tu étais. Toujours prête à aider son prochain, à se présenter à des événements pour aider la relève, à accepter d’être une source d’inspiration pour les gens qui gravitaient de près ou de loin dans le milieu du sport au Québec.

https://passionmlb.test/2021/06/boisbriand-nommera-un-parc-en-lhonneur-de-derek-aucoin/

Il est clair que bien des partisans de balle auraient aimé t’entendre parler de la saison de calibre MVP de Vladimir Guerrero Jr. Il est clair qu’on aurait aimé te voir réagir à la situation du stade des Rays, ou encore à la première Série mondiale des Braves depuis 1995.

On sait, cependant, que ce ne sera pas possible. Mais que tu ne puisses pas voir ce qui s’en vient ne change rien à ce que tu as fait au cours de la vie. Tu étais, et tu demeureras longtemps une figure important du monde du sport et de la balle dans la province.

Continue de reposer en paix, Derek. Nous sommes plusieurs à te porter dans notre cœur.