Tarik Skubal et les Tigers se moquent des Diamondbacks

Actualités

Pascal Harvey

Publié le 18 mai 2024 à 8h30

Hier, le lanceur partant des Tigers de Detroit, Tarik Skubal, effectuait un neuvième départ en 2024 et il a continué sa domination face aux Diamondbacks, en Arizona.

Skubal et ses coéquipiers n’ont donné aucune chance aux partisans des DBacks de se réjouir en massacrant leurs favoris au pointage de 13-0.

Le gaucher de 27 ans a enregistré un sixième gain cette saison et il a réduit sa moyenne de points mérités à 1.80, la cinquième plus basse des Majeures en ce moment. Shota Imanaga des Cubs domine avec une microscopique moyenne de 0.96.

Grâce à cette autre impressionnante sortie, Skubal se place avantageusement sur la liste des candidats au trophée Cy Young remis au meilleur lanceur dans l’Américaine. Sa fiche de 6-0 et son excellente moyenne de points mérités ne mentent pas et il faut ajouter à l’équation que son équipe performe passablement bien en montrant une fiche de 22-22, un rendement plutôt inhabituel à Detroit depuis plusieurs années.

Face aux Diamondbacks, Skubal a reçu l’appui de ses coéquipiers qui ont réussi pas moins de 17 coups sûrs contre les artilleurs locaux. Javier Báez, qui ne frappe que pour .185 cette saison, a produit cinq points grâce à trois coups sûrs en quatre présences au bâton. Le voltigeur Kerry Carpenter a profité de ce festin offensif pour produire quatre points.

À noter que malgré cette pétarade offensive, les Tigers n’ont pas réussi à placer la balle par-dessus la clôture. Cependant, ils ont réussi cinq doubles et deux triples.

Les trois lanceurs utilisés par le gérant, A. J. Hinch, n’ont donné que trois coups sûrs aux frappeurs des Diamondbacks. Skubal a permis un coup sûr en six manches de travail, alors que Will Vest (0) et Joey Wentz (2) ont été aussi avares que le partant des Tigers.

Du côté des Diamondbacks, il s’agit d’un match à oublier. Les finalistes de la dernière Série mondiale ont encaissé un 24e revers en 2024, eux qui jouent pour une moyenne de .467 cette saison. Le partant Ryne Nelson et le releveur Matt Bowman ont tous deux connu une mauvaise journée au bureau alors qu’ils ont donné respectivement huit et cinq points aux Tigers. Heureusement pour le gérant de l’équipe, Torey Lovullo, Logan Allen a su limiter les dégâts en lançant trois manches sans donner de points aux visiteurs, tout en retirant quatre frappeurs sur des prises.

En ce moment, les statistiques de Tarik Skubal se comparent à celles de Seth Lugo des Royals de Kansas City, une autre belle surprise en 2024. Comme Skubal, Lugo a déjà six victoires à sa fiche et sa moyenne de points mérités est inférieure à celle du lanceur des Tigers en se situant à 1.66, en neuf départs. Skubal montre plus de retraits au bâton que Lugo, soit 66 comparativement à 48 pour l’artilleur des Royals.

On le sait, la division Centrale dans l’Américaine n’est pas la plus forte et plusieurs équipes ont encore des chances de rafler le titre de la section à la fin de la saison. Les performances de Tarik Skubal et de Seth Lugo permettent aux Tigers et aux Royals d’y croire. En ce moment, ce sont les Guardians qui mènent le bal devant les Royals, les Twins et les Tigers. Les White Sox de Chicago, doivent, quant à eux, espérer que la saison ne sera pas trop longue, eux qui montrent un dossier de 14-31.

Il est rafraichissant de constater que de nouveaux noms s’ajoutent à la conversation quand vient le temps de discuter des candidats au titre de meilleur lanceur de la saison. Skubal et Lugo sauront-ils maintenir la cadence afin de voir leur nom inscrit sur le précieux trophée? Personnellement, j’y crois et je l’espère pour eux.

  • Trois blanchissages de suite pour Miami. Ça va bien pour leurs lanceurs.
  • Un autre circuit pour Shohei Ohtani.
  • Défaite des Blue Jays, qui sont passés proches d’être victimes d’un match parfait.
  • James Outman dans les mineures.
  • Les blessés des Blue Jays progressent.
Tags:

Diamondbacks de l'Arizona, MLB, Tarik Skubal, Tigers de Detroit

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Pascal Harvey

Laisser un commentaire