Stephen Vogt fait oublier Terry Francona à Cleveland

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 27 mai 2024 à 12h30

À la suite de leur match d’hier (dimanche) face aux Angels de Los Angeles, les Guardians de Cleveland détiennent présentement une séquence de neuf victoires consécutives.

La dernière fois que la franchise de l’Ohio a connu une séquence de la sorte, c’était lors de sa succession de 22 victoires consécutives en 2017, un record de la Ligue américaine qui tient toujours.

Lorsque la séquence avait débuté le 24 août 2017, les Indians à l’époque avaient une fiche de 69 victoires contre 56 défaites et menaient la division centrale de la Ligue américaine par quatre matchs et demi. Lorsque la séquence a pris fin, le 15 septembre de la même année, la fiche de l’équipe était de 91-56 et l’avance en tête de la section était maintenant de 13.5 rencontres.

Cette perspective rend la séquence de neuf victoires consécutives de l’édition actuelle des Guardians un peu maigre, mais il faut rappeler que Cleveland affiche présentement un dossier de 35 gains contre seulement 17 revers, contrairement à 2017 où l’équipe avait une fiche de 28-24 au cours de ses 52 premiers matchs de la campagne.

Et ce succès en 2024 doit être attribué en partie au gérant Stephen Vogt, qui en est à sa toute première saison dans le baseball majeur.

Au point que les partisans des Guardians sont pratiquement en train d’oublier l’illustre Terry Francona, l’auteur de la séquence susmentionnée. Bon, ce dernier ne sera jamais complètement oublié, mais cela démontre tout de même l’excellent boulot de Vogt.

Lorsque que Cleveland a commencé ses recherches pour trouver successeur à Francona la saison dernière, l’état-major des Guardians avait été frappé par les éloges que Vogt avait reçus des personnes interrogées, entre autres sur son potentiel en tant que skipper.

On peut donc affirmer que ces recommandations étaient à la hauteur des attentes.

Tags:

Guardians de Cleveland, Stephen Vogt, Terry Francona

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Charles-Alexis Brisebois

Maxime Trudeau

Laisser un commentaire