Quatre défaites consécutives pour les Dodgers

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 26 mai 2024 à 10h30

Avec toutes les acquisitions que les Dodgers de Los Angeles ont fait durant la saison morte, autant sur le marché des joueurs autonomes que via transactions, on s’attendait à ce que ce soit une promenade dans le parc dans la Ligue nationale pour eux, du moins en saison régulière.

Ce n’est cependant pas ce qui se produit jusqu’à maintenant en 2024. Bon, il est vrai que c’est loin d’être catastrophique sous le chaud soleil californien, mais disons qu’on est pas au niveau attendu, surtout en raison de l’attaque qui est en dormance depuis quelques temps.

D’ailleurs, ce fut le cas encore hier soir (samedi), alors que les Dodgers ont perdu un quatrième match consécutif dans une courte défaite de 3-1 contre les Reds de Cincinnati, affrontant une formation qui a amorcé la journée parmi les pires du baseball majeur.

Ce revers n’est que le reflet des deux dernières semaines, eux qui ont affiché une moyenne de moins de quatre points par match durant cette période, la blessure de Max Muncy n’ayant guère aidé à renverser la vapeur.

Hier, les cinq premiers frappeurs du rôle offensif ont combiné un ronflant 5 en 20 au bâton. Et les quatre derniers? Aucun coup sûr en 10 présences au marbre, n’atteignant qu’une seule fois les sentiers sur un but sur balles de Gavin Lux.

Même son de cloche avec des coureurs en position de marquer, alors que les Dodgers n’avaient frappé que pour une moyenne au bâton de ,194 dans les dix jours précédant la défaite de samedi.

Le Memorial Day approche à grands pas, un moment clé dans une saison de la MLB, et les Dodgers sont une fois de plus à leur position habituelle au sommet de la section Ouest de la Ligue nationale.

Par contre, bien des choses devront changer si la formation californienne veut remporter un premier championnat (sur une saison de 162 matchs) depuis 1988.

Tags:

Dodgers de Los Angeles, Reds de Cincinnati

Articles similaires

Charles-Alexis Brisebois

Sébastien Berrouard

Charles-Alexis Brisebois

Laisser un commentaire