Plus on regarde les choses aller avec du recul, plus on se dit qu’un retour à Los Angeles était quasiment illogique pour Max Scherzer.

Je suis le premier à avoir pensé qu’il finirait sa carrière à L.A. une fois qu’il a été échangé. Je me suis dit que le club avait les moyens de ses ambitions et allait lui offrir le contrat qu’il voulait. Mais non.

Outre le fait que sa maison floridienne est à proximité du complexe d’entraînement et que les Mets lui ont versé un tsunami d’argent, on peut croire que la manière dont il a été utilisé à Los Angeles l’a forcé à partir… et c’est possiblement le cas.

Si vous croyez que le lanceur, qui a eu le bras mort en séries, n’a pas aimé la manière dont il a été utilisé, vous avez raison. Ceci dit, si vous croyez que c’est parce qu’il a trop été utilisé, vous n’avez pas raison.

Pourquoi? Parce que le compétiteur croit que Dave Roberts ne l’a pas assez fait lancer en cours de saison et le sortait trop tôt des matchs.

Selon Scherzer, s’il avait plus lancé en saison régulière, son bras aurait été habitué et aurait développé une certaine tolérance, un peu comme un système immunitaire. Il n’aurait donc pas eu le bras mort en pleine séries s’il avait lancé plus en saison.

https://twitter.com/Britt_Ghiroli/status/1466115676867903495

Dans les faits, quand on l’explique ainsi, c’est très logique. L’ancien lanceur des Dodgers croit que d’avoir été poussé à 110 lancers chaque fois qu’il travaillait avec les Nationals l’a aidé à se construire une résistance en vue des séries 2019, l’année de la Série mondiale à D.C.

Si on prend ses matchs de 2021 un à la fois, on se rend compte que oui, le gars lançait plus à Washington qu’à Los Angeles.

Les Dodgers n’étaient visiblement pas au courant de ça. Officiellement, le club s’est dit surpris de la déclaration du lanceur étoile.

Scherzer ne s’en est jamais plaint? Bizarre, non?

https://twitter.com/jorgecastillo/status/1466187272076685313

Scherzer est un gars assez traditionnel. Il veut être le partant aux cinq jours (sans opener), compétitionner au maximum et lancer jusqu’à ce que son bras soit vide. Cinq jours plus tard, c’est reparti.

C’est une formule qui a plus que bien marché pour lui au cours de sa carrière. Je ne sais pas encore qui sera en charge de gérer les Mets de New York pour remplacer Luis Rojas, mais il est mieux de comprendre rapidement que MadMax, il est sur le monticule pour y rester.