L'intrigant potentiel des Athletics d'Oakland

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 3 février 2018 à 10h00

L’intérêt qu’avait suscité Moneyball pour les A’s d’Oakland s’est peu à peu dissipé dans les dernières années. Faute de trois saisons où l’équipe s’est retrouvée au dernier rang de sa division, les A’s sont tombés dans l’insignifiance générale. Mais en 2018, on pourrait bien assister à la renaissance de l’équipe de Billy Beane.

Selon le chroniqueur Mike Petriello, les A’s ont tous les éléments d’une équipe qui aspire à de meilleurs résultats en 2018. À l’aube des camps d’entraînement, des ligues de cacto-pamplemousse et des prédictions, un des legs de Moneyball, le laboratoire de statistique avancée de mlb.com Statcast, et son spécialiste Petriello, penche vers une nette amélioration de l’équipe basée à Oakland.

Un enclos à la new-yorkaise

Ce n’est généralement pas avec des têtes d’affiche dans la relève qu’une équipe va vendre ses billets. Toutefois, comme nous l’ont montré les Yankees de 2017, les Indians de 2016 ou les Royals de 2015, l’enclos peut vous amener loin. Au moment où je tape ces mots sur mon clavier, les A’s ont huit releveurs supérieurs à la moyenne selon le xwOBA.

Quessé ça le xwOBA?

C’est une statistique avancée de Statcast qui combine la fréquence de contact avec la qualité du contact (vitesse que la balle sort du bâton et l’angle de la balle qui est frappée). En gros, plus ton xwOBA est bas, plus tu limites les contacts dangereux ou tu augmentes les élans dans le vide. Elle est très fiable, comme le démontrent les meneurs du xwOBA dans les Majeures : Kenley Jensen, Craig Kimbrel et Andrew Miller chez les releveurs; Max Scherzer, Corey Kluber et Clayton Kershaw chez les partants.

Revenons maintenant à Oakland. Les A’s ont acquis trois releveurs durant la saison morte qui ont terminé dans le top 40 du xwOBA en 2017, soit dans le premier 15 % de la MLB :

Emilio Pagan : .241 (à égalité avec David Robertson)
Ryan Buchter : .250 (à égalité avec Cody Allen)
Yusmeiro Petit : .256 (à égalité avec Bryan Shaw)

Parmi les 254 releveurs qui ont affronté 100 frappeurs ou plus en 2017, ces trois releveurs ont terminé premier, troisième et huitième pour les angles de frappe les plus élevés. Cela veut dire plusieurs chandelles, et ainsi, dans un stade reconnu pour son énorme territoire de fausses balles, plusieurs retraits automatiques.

Le nouveau releveur des A’s Yusmeiro Petit a retiré 101 frappeurs sur des prises en 2017 contre seulement 18 buts sur balles. (Kelley L Cox/USA TODAY Sports)

Mais encore, ces trois releveurs se joignent à cinq autres dont leur xwOBA était supérieur à la moyenne (.306) en 2017 : Blake Treinien, Ryan Dull, Santiago Casilla, Chris Hatcher et Liam Hendricks. Les statistiques traditionnelles sont plus dures avec ceux-ci, notamment la moyenne de 5,14 de Dull ou les sept sabotages en 23 tentatives de Casilla, mais le xwOBA suggère qu’ils devraient s’améliorer.

Ça, et une meilleure défensive. Selon l’indice DEF de Fangraphs, Khris Davis était le deuxième pire joueur défensif, toutes positions confondues. En 2018, on s’attend à ce qu’il soit frappeur désigné la majorité du temps. Avec une saison complète de Matt Chapman au troisième but (2e de la MLB pour les DEF après le match des étoiles) et la possible graduation de Boog Powell ou Dustin Fowler dans le champ extérieur, les lanceurs auront la vie plus facile.

N’empêche qu’aucune équipe ne possède plus de huit releveurs supérieurs à la moyenne et seulement les Yankees et les Mariners sont à égalité avec Oakland. Loin de moi de vouloir comparer l’enclos des A’s avec celui des Yankees. Après tout, on parle du meilleur groupe des Majeures. Cependant, il n’est pas farfelu d’anticiper une nette amélioration.

Et ailleurs, ça ressemble à quoi?

Si la relève semble être l’élément fort de la prochaine édition des A’s, il y a également de l’espoir ailleurs dans l’alignement. Mon collègue Sébastien en a glissé un mot dans son article, la jeunesse transpire à Oakland. Leur neuf de départ sera substantiellement différent de celui qui a amorcé l’année en 2017, alors que seulement quatre joueurs seront de retour.

D’ailleurs, on a eu un aperçu de cette belle transition après la pause du match des étoiles, lorsque l’alignement de frappeurs s’est classé au troisième rang de la MLB pour le xwOBA ET pour le wRC+. Tous ceux qui s’étaient illustrés, les trois Matt (Olson, Chapman et Joyce), Khris Davis et Jed Lowrie, sont de retour.

Avec ses 24 circuits en 59 matchs en 2017, Matt Olson était sur une cadence de 65 circuits pour une saison complète! (Duane Burleson/Getty Images)

Pas besoin de statistiques avancées pour comprendre ce qui se passe dans la rotation : zéro, c’est le nombre de partants âgé de plus de 30 ans. Et zéro, c’est le nombre de partants ajoutés par l’équipe durant la saison morte.

Cependant, les jeunes en ont fait assez dans la dernière année pour que Statcast démontre leur potentiel. Kendall Graveman et Paul Blackburn sont dans le top 15 de la MLB pour le pourcentage de balles frappées au sol. De leurs côtés, Jharel Cotton a montré un xwOBA similaire à Marcus Stroman et Andrew Triggs à celui de Gerrit Cole. Ils se battront avec Sean Manaea et Daniel Mengden pour une place dans la rotation et auront un incitatif à bien performer alors que les A.J. Puk, Grant Holmes et James Kaprielian leur soufflent dans le dos.

Bien fermée depuis quelques années, la fenêtre s’ouvre tranquillement à Oakland. Dans une division qui figure parmi les plus relevées du baseball, les A’s et leur wxOBA pourraient surprendre bien des amateurs en 2018. Et si les victoires ne sont pas garanties, leur potentiel à lui seul voudra le coup d’œil.

Source : mlb.com

Tags:

Articles similaires