Les Rockies balayent les Padres

Actualité

Sébastien Berrouard

Publié le 16 mai 2024 à 10h30

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Padres de San Diego ne jouent pas tout à fait du bon baseball depuis quelques jours.

Au point que la formation californienne a perdu par la marque de 8-0 hier (mercredi) contre une équipe des Rockies du Colorado qui a mis fin à une séquence de 93 matchs sans victoire par jeu blanc et qui a balayé une série de trois matchs sur la route pour la première fois depuis 2019.

C’est ce qui fait que de fortes huées ont été entendues aux quatre coins du Petco Park pour une deuxième journée consécutive.

Les joueurs ne se défilent toutefois pas, à commencer par le lanceur Michael King, qui comprend la frustration des fans.

De son côté, le joueur d’avant-champ Xander Bogaerts ne passe pas par quatre chemins pour expliquer les déboires des siens.

Nous avons mal joué. Nous n’avons pas joué comme nous le voulions, comme nous l’espérions. Ces gars sont sortis ces derniers matchs et ils nous ont botté les fesses.

Trois jours après que les Padres eurent remporté une quatrième série consécutive en battant les Dodgers de Los Angeles, le balayage dans une série au cours de laquelle San Diego n’a jamais mené fait mal.

Même si le gérant Mike Shildt a déclaré qu’il n’avait aucune explication sur les raisons pour lesquelles son club a connu des difficultés contre le Colorado, le skipper ne s’attend pas à ce que ces défaites deviennent une tendance.

Le ciel ne nous tombe pas sur la tête.

C’est vrai, mais les Padres pointent maintenant à deux matchs sous la barre des ,500 et se trouvent actuellement à huit matchs des Dodgers de Los Angeles pour le premier rang de la section Ouest de la Ligue nationale.

Et pour en ajouter une couche, San Diego se déplacera en Géorgie pour y disputer une série de trois matchs face aux Braves d’Atlanta à partir de demain (vendredi).

Tags:

Michael King, Mike Shildt, Padres de San Diego, Rockies du Colorado, Xander Bogaerts

Articles similaires

Maxime Trudeau

Pascal Harvey

Sébastien Berrouard

Laisser un commentaire