Les Red Sox seront détestables au plus haut point

Actualité

Maxime Lauzier

Publié le 16 mars 2018 à 16h00

Je suis un passionné des Red Sox, je ne m’en cacherai jamais. J’essaie d’être objectif le plus possible quand je ponds un texte à leur sujet. Plusieurs oublient qu’ils viennent de remporter la division deux années de suite. Deux saisons pendant lesquelles l’attaque ou les lanceurs en ont arraché.

Voici donc pourquoi les Red Sox seront détestables au plus haut point pour les haters.

Les lanceurs

Les deux dernières saisons ont été très différentes et cette année ce sera aussi vrai, mais avec un peu plus de positif. Le poste d’as lanceur au sommet de la rotation est entre bonnes mains avec Chris Sale. À sa première campagne à Boston, il a performé comme un récipiendaire du trophée Cy Young et rien ne porte à croire qu’il ne répétera pas l’expérience en 2018. Au contraire, il sera des plus détestable à affronter!

L'année de Chris Sale?
Chris Sale: Cy Young en 2018?  Photo : Over the monster

L’an dernier a été plus difficile pour David Price à cause de blessures. Cependant, à sa première saison avec l’équipe, il a quand même obtenu 17 victoires et 230 manches lancées. Lequel des deux David Price verrons-nous cet été? Son début de camp est très positif pour la suite des choses.

Seront-ils à la hauteur?
Une rotation qui rebondira. Photo : Boston Herald

Pour ce qui est des troisième et quatrième postes dans la rotation, Rick Porcello a plusieurs choses à se faire pardonner après une saison de misère. Cependant, nous avons vu, en 2016, le lanceur qui a remporté un Cy Young, donc il est permis d’y croire. Pomeranz, lui, a connu la meilleure saison de sa carrière l’an dernier et il sera agent libre à la fin du prochain calendrier. S’il peut reproduire ses performances, les Red Sox auront un quatuor très productif.

La relève

Lorsque l’on pense à la relève des Sox, le nom de Craig Kimbrel nous vient en tête. Celui qui a dominé encore une fois en 2017 voudra connaître une autre excellente saison étant donné son statut de joueur autonome à la fin de la campagne.

Une machine à retraits sur élan
Craig Kimbrel : l’un des meilleurs encore une fois. Photo : Sports Illustrated

Tyler Thornburg et Carson Smith seront tout juste derrière Kimbrel. Les deux lanceurs ont raté la saison 2017 en raison de blessures, mais ils semblent revenir à leur forme de 2016. Si Thornburg débutera la saison sur la liste des blessés, Smith, lui, devrait entreprendre la saison. Ajoutez à cela Joe Kelly et ses balles à plus de cent milles à l’heure, Robby Scott, Austin Maddox et vous enlevez beaucoup de pression sur les lanceurs partants qui n’auront qu’à lancer cinq bonnes manches pour espérer gagner la rencontre. Plus que jamais la relève sera détestable à affronter.

La défensive

Au champ, Andrew Benintendi, Jackie Bradley Jr et Mookie Betts sont tous des voltigeurs de premier plan. Ils représentent à mon avis le meilleur trio de la MLB. Si Betts a déjà deux gants dorés, ses partenaires ne devraient pas tarder à en récolter. D’ailleurs, je crois que c’est l’année de Bradley Jr à ce niveau.

Au sommet de son art.
Le meilleur à sa position en 2018. Photo : Jim Davis/The Boston Globe

Du côté des joueurs à l’avant-champ, Pedroia a quatre gants dorés et Mitch Moreland un. Eduardo Nuñez, Hanley Ramirez, Xander Bogaerts et Rafael Devers ne remporteront peut-être jamais cet honneur, mais ils sont très fiables. Du côté de Christian Vazquez, il a certainement le potentiel d’être un des meilleurs à sa position.

La fameuse puissance

L’an dernier fut une saison de misère à ce niveau pour les Red Sox. Ayant été l’une des pires équipes en termes de longues balles, l’après Big Papi n’a pas été de tout repos. Cependant, il n’y a pas que les circuits qui font gagner. L’équipe s’est classée dans le top-10 au niveau des coups sûrs, des doubles et des points marqués, onzième pour les points produits et treizième pour la moyenne au bâton.

De la puissance brute dans l'alignement
La puissance de J.D. Martinez aidera grandement en 2018. Photo : arizonasports.com

L’ajout de J.D. Martinez et la possibilité qu’il vienne ajouter quarante circuits, ainsi qu’un Hanley Ramirez en grande forme avec une épaule à 100% augmenteront considérablement la productivité de l’équipe. Bogaerts, Betts, Benintendi et Devers ont tous le potentiel de frapper quelques circuits de plus que la saison dernière. Je m’attends donc à au moins 230 circuits en 2018 et une offensive qui sera pénible et détestable à affronter.

La profondeur

Si mon collègue François Doyon aime la profondeur de son équipe, les Yankees, j’adore celle de Boston. Avec Dustin Pedroia qui débutera la saison sur la liste des blessés, le retour d’Eduardo Nuñez est très important. Nuñez ne s’est pas laissé impressionner à son arrivée à Boston l’an dernier. Il a connu de loin ses meilleurs moments de la saison. Mitch Moreland avec ses vingt circuits et sa défensive sera très utile. Brock Holt, qui peut jouer presque à toutes les positions, sera de retour après avoir connu des problèmes de commotions cérébrales en 2017. Holt a participé au Match des étoiles en 2015.

Blake Swihart, un joueur à surveiller
Blake Swihart : le joueur qui en surprendra plus d’un. Photo : Kim Klement-USA TODAY Sports

Ma surprise sera cependant Blake Swihart qui n’a plus d’option pour les ligues mineures et qui doit se faire une place dans l’alignement, sinon il devra être libéré ou échangé. À le voir aller au camp, il a choisi l’option de faire le club. Incommodé par les blessures lors des deux dernières saisons, Swihart était classé comme étant l’espoir numéro un de l’organisation en 2015 et dix-septième au total. Regardez-le bien aller en 2018.

L’édition 2018 des Red Sox sera certainement au plus fort de la course à tous les niveaux et sera des plus détestables à affronter.

Sources: ESPN  –  MLB.com

Tags:

Articles similaires